Danah Boyd : Rester en mode « privé » sur les réseaux sociaux ne protège pas plus vos enfants… share
back to to

Danah Boyd : Rester en mode "privé" sur les réseaux sociaux ne protège pas plus vos enfants...

4 novembre 2013

Rien ne semble plus diviser les esprits que la question des meilleures manières pour assurer la protection de la vie privée des mineurs sur Internet…

Danah Boyd, l’ethnographe et chercheuse chez Microsoft Research, spécialisée dans les interactions des adolescents sur internet, vient de publier un article dans Time Magazine en réponse à une récente modification des termes d’utilisation de Facebook concernant les mineurs. 

Cette nouvelle disposition autorise désormais les mineurs à partager leurs statuts et photos en mode “public” avec tous les utilisateurs du réseau, et non pas seulement les personnes dans leur cercle d’amis. Jusqu’à présent, cette option était uniquement réservée aux utilisateurs de plus de 18 ans. Dès maintenant, lorsque les mineurs choisissent de rendre leur contenu public, ils recevront un rappel afin de rendre très clair le fait que ce matériel sera partagé publiquement. Le mode “public » ne sera jamais le mode de partage par défaut pour les adolescents: ils seront toujours mis face à leur choix de rendre leur contenu public, et devront affirmer que c’est c’est bien ce qu’ils veulent au moment de la publication.

Alors que ce changement provoque des réactions négatives, surtout de la part de plusieurs organisations parentales, soutenant que cela met les enfants plus à risque, Danah Boyd rappelle que les résultats du récente étude de Pew Research : Internet & American Life Project démontrent que les adolescents sont justement très attentifs à leur vie privée sur internet. Et puis, de nombreux autres réseaux sociaux populaires permettent déjà aux jeunes d’afficher publiquement leur contenus (par exemple Twitter , YouTube, Tumblr… ).

Danah Boyd soulève donc la question suivante:

“Pourquoi les jeunes ne devraient pas être autorisés à participer à la vie publique? Est-ce que mettre en place des règles paternalistes, des barrières aux technologies spécifiques à l’âge, protège ou bénéficient vraiment aux adolescents?”

Elle continue en nous rappelant que l’un des des aspects les plus cruciaux du passage de l’enfance à l’âge adulte est le fait d’apprendre la vie publique…

“ Il n’existe pas de sérum magique que les adolescents peuvent boire à leur 18e anniversaire pour mûrir immédiatement et comprendre le monde autour d’eux. Au lieu de cela, les adolescents doivent être exposés à, et autorisés à participer à la vie publique tout en étant encadrés par des adultes qui peuvent les aider à s’y retrouver dans des situations complexes avec grâce. Ils doivent apprendre à faire partie de la société, et pour ce faire, ils doivent être autorisés à participer”.

Mme Boyd propose donc :

“Plutôt que d’essayer de protéger les adolescents de toutes les peurs et les risques que nous pouvons imaginer, intégrons-les plutôt de manière constructive dans la vie publique.”

Pour découvrir la suite des arguments de Danah Boyd en soutien à l’autorisation des publications en mode public des mineurs vous pouvez lire l’article dans son intégralité sur le site de Time Magazine.
Le prochain livre de Danah Boyd qui traite justement du thème de la vie sociale des adolescents connectés, sortira en Anglais en Février 2014 et s’intitulera “It’s Complicated: The Social Lives of Networked Teens » (Yale University Press).

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email