« De la musique avant toute chose » : quand la littérature monte en gamme grâce à un algorithme share
back to to

"De la musique avant toute chose" : quand la littérature monte en gamme grâce à un algorithme

11 juin 2014
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Morbi non efficitur est. Fusce tempus, ligula at accumsan finibus, ipsum odio egestas lacus, vel scelerisque sem sapien eget enim. Integer sagittis nec libero ac mattis. Nulla facilisis aliquet commodo. In et dapibus dolor, nec elementum lacus. Nunc velit magna, maximus scelerisque dictum eu, pretium non justo. Mauris egestas consequat iaculis.

Et si on pouvait créer de la musique depuis les œuvres littéraires ? C’est la question sur laquelle se sont penchés Hannah Davis, une artiste programmeuse de l’Université de New York, et Saif Mohammad, du Conseil national de recherches du Canada qui ont développé un algorithme capable de traduire les émotions présentes dans un texte en notes de musique. Explications avec ici.radio.canada.

Le Petit Prince en stéréo

Transpose est le premier programme qui trouve les émotions de vos textes et en génère une musique, explique Hannah Davis sur son site. Il transforme, par exemple, la lecture de La route de Cormac McCarthy en un morceau de piano plutôt sombre.

Pour ce faire, ces chercheurs se sont tout d’abord appuyés sur le logiciel EMOLEX, un lexique des émotions, afin de classer toute la sémantique des œuvres en huit groupes : la joie, la tristesse, la colère, la peur ou encore le dégoût.

Ils ont ensuite réalisé un travail de composition musicale en attribuant des séquences de notes censées reproduire ces émotions de base.

Dans l’exemple de La Route, les émotions qui ont le plus d’importance, suite au traitement d’analyse sémantique, sont la tristesse et la peur. La version musicale générée par l’algorithme se traduit en un octave de 4 et tempo de 42. Le rendu, lui, est en do mineur.

Pour plus de douceur, il faut se tourner vers Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, où c’est la confiance et la joie qui obtiennent le plus d’occurrences lexicales.

A terme, les lecteurs pourraient donc pouvoir savourer des morceaux musicaux automatiquement générés en fonction de leur lecture… Et donner ainsi raison à Verlaine qui aspirait à de la musique avant touche chose ?

Pour en savoir plus, c’est ici dans l’article de ici.radio.canada.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email