De la Pop à la Code culture

23 avril 2012

Dans ce qui reste pour moi un des meilleurs « posts » de 2011, Marc Andreessen, fondateur de Netscape et investisseur de la première heure de Facebook, professait « Why Software Is Eating The World »

Mais qui sont ces nouveaux héros qui fabriquent et transforment notre quotidien ? Des développeurs, des codeurs, pour certains proches de Mozart, pour d’autres des ouvriers qualifiés de cette nouvelle révolution industrielle, et quelques-uns enfin, inventeurs comme Mark Zuckerberg d’une nouvelle figure mythique : le codeur superstar.

Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle élite, un savant mélange d’artisan, de scientifique et d’aventurier. Certains très capitalistes, d’autres tout au contraire, éperdument collectivistes, mais tous persuadés de contribuer au plus grand défi à la portée de leur génération : changer manger le monde.

Or, il est inimaginable de réserver cette chance à une poignée d’experts qui seuls comprendront notre monde, pourront nous assurer de son fonctionnement, et s’y épanouir comme créateurs.

Donc, tous codeurs, un jour, bien sûr, mais comment le devient-on ? Albertine Meunier et son gang de grands-mères connectées les Hype( r ) old dans une démarche sensible et très originale font la démonstration que le numérique ne s’apprend pas comme une matière « classique ». Ce que nous enseignent ces femmes de plus de 77 ans, antithèses du geek lambda, c’est que le numérique s’apprend avant tout par l’intérêt personnel, la découverte et le compagnonnage.

Ainsi, à mon sens, ce qui compte, ce n’est pas tant la formation initiale que la reconnaissance. L’école n’a jamais formé des rock stars ou des entrepreneurs ! Mais elle doit offrir le socle conceptuel, favoriser et valoriser la curiosité et l’initiative. Parce que l’avant-garde, la subversion, l’underground sont affaire de culture et de sous-culture, pour tous !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email