Déclarations d’intérêts des parlementaires : quand les citoyens se mobilisent pour la transparence de la vie publique share
back to to

Déclarations d'intérêts des parlementaires : quand les citoyens se mobilisent pour la transparence de la vie publique

5 août 2014

L’association Regards Citoyens, qui vise à promouvoir l’ouverture des données publiques et à valoriser les institutions démocratiques françaises, s’est lancée dans une opération d’envergure : ressaisir dans un format lisible par tous les intérêts déclarés par les parlementaires. Une opération crowdsourcée qui a rassemblé 7 924 citoyens et qu’elle nous rapporte sur son blog.

Ce sont quelques 11 000 déclarations d’intérêts concernant 920 parlementaires qui ont récemment été rendues publiques par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP). Seul problème ? L’ensemble des documents étaient des pages manuscrites scannées. Impossible, donc, de réutiliser les données, d’effectuer des recherches automatiques rapides ou de tirer des conclusions statistiques.

Il était donc nécessaire de les numériser. Une tâche fastidieuse qui aurait pris plusieurs mois à la HATVP. Regards Citoyens a donc fait appel aux internautes pour ressaisir les éléments dans un format lisible. Résultat ? Ce sont 86 000 saisies anonymisées qui ont été réalisées sur une semaine. Et pour assurer la validité de ces saisies, un processus d’authentification a été mis en place :

« Chaque élément n’était validé qu’une fois saisi à l’identique par trois utilisateurs différents », explique Regards Citoyens sur son site.

Un travail de fond qui offre déjà des premiers éléments de conclusions :

– seuls 4% des parlementaires déclarent avoir exercé des activités de conseil dans les 5 premières années de leur mandat alors que plus du double se déclarent avocats, 

– 78% des parlementaires n’ont déclaré aucun intérêt lié à des activités de bénévoles, alors qu’ils sont nombreux à être membres de groupes d’intérêts thématiques qui font beaucoup parler d’eux comme la viticulture ou encore l’automobile, « d’autres organisent et président des colloques financés par les industries pharmaceutiques ou de l’armement« ,

– il semble par ailleurs surprenant que seule une centaine de parlementaires soit membres d’associations ou ONG,

Grâce à cette démarche participative, les données sont désormais accessibles dans un format exploitable en open data. Cependant, elles restent encore largement améliorables, précise Regards Citoyens. D’un formulaire à l’autre, les données manquent de cohérences et il est difficile de tirer une vision globale des revenus annexes des parlementaires.

Pour en savoir plus, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email