Demain, un « Internet-bis » brésilien, russe, indien, chinois et sud-africain ? share
back to to

Demain, un "Internet-bis" brésilien, russe, indien, chinois et sud-africain ?

26 septembre 2013

Estimant que l’Internet que nous connaissons est un peu trop centré sur les pays occidentaux, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, les nouveaux géants) contre-attaquent. BRICS Cable, leur propre dorsale Internet devrait être opérationnelle dès 2014.

A leur dernier sommet qui s’est tenu à Durban en mars dernier, les puissances montantes de la planète ont lancé leur propre concurrent de la Banque mondiale. En 2014, elles lanceront leur propre Internet ! Pas un réseau différent du nôtre, mais une infrastructure qui ajoutera aux câbles reliant déjà les cinq continents un réseau de fibre optique de 34 000 kilomètres de long, avec une capacité de 12,8 terabits par seconde. Lorsqu’il sera construit, il s’agira du troisième réseau de câbles sous-marins du monde en importance.

L’objectif est stratégique : il s’agit d’unir les pays des BRICS à 21 pays Africains pour offrir à des millions de personnes un accès à Internet facile et bon marché, en dépendant moins des tarifs et des conditions des pays occidentaux. 

Ses promoteurs sud-africains possèdent déjà les licences nécessaires pour le construire, l’exploiter et l’entretenir en Afrique du Sud. Ayant dépassé le stade de l’étude de faisabilité économique et technique et assurant que ce « nouvel Internet » pourrait être lancé dès 2014, les partenaires sont maintenant en train d’inviter les opérateurs télécoms et d’autres investisseurs potentiels dans les pays des BRICS à participer.

Lorsqu’il sera construit, ce réseau devrait donner aux pays des BRICS un réel poids dans le contrôle et la régulation d’Internet, ce qui laisse envisager des reconfigurations de la gouvernance (et des usages ?) du réseau des réseaux dans le monde multipolaire qui se dessine. 


Sources : RT.comTelecomLead, ITweb Zaïre.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email