Des machines qui comprennent et s’adaptent à nos émotions share
back to to

Des machines qui comprennent et s’adaptent à nos émotions

26 juin 2015

Imaginez : votre ordinateur sait que vous êtes un peu déprimé ce matin, et il va chercher des vidéos amusantes pour vous changer les idées. Les dernières recherches ouvrent la voie à de nouvelles interactions entre l’homme et les machines, et surtout entre les hommes eux-mêmes. Explications dans FastCompany.

Rendre nos ordinateurs émotionnellement plus intelligents, voilà le pari fait par Rana el Kaliouby, formée à Cambridge et au MIT, et spécialiste dans la technologie de reconnaissance faciale.

A travers son entreprise Affectiva, elle développe un logiciel de reconnaissance des émotions suffisamment précis pour distinguer un sourire classique d’un sourire narquois, mesurant également le niveau de joie ou de surprise. Sa technologie sert déjà aujourd’hui à mesurer les réactions d’individus lors de débats politiques ou lors du visionnage de messages publicitaires, avec un niveau d’analyse qui peut aller très loin et détecter des émotions dont nous ne sommes pas totalement conscients.

Allons-nous alors vers de nouvelles interactions homme-machine ? Rana el Kaliouby imagine déjà le cas d’un ordinateur qui pourra s’adapter à la mauvaise humeur de son utilisateur en lui proposant de regarder la vidéo réconfortante d’un petit animal mignon.

Mais ce sont surtout les relations entre individus qui l’intéressent : alors que la technologie est critiquée pour nous faire perdre notre capacité à « lire » les émotions des autres, Rana el Kaliouby  souhaite précisément les remettre au centre du jeu : « Je pense qu’il est possible de vivre dans un monde où nous tirons tous les avantages de la technologie sans perdre les émotions qui nous rendent humains. » Une sorte d’homme augmenté, finalement ?

Pour plus d’informations, rendez-vous sur FastCompany.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email