Des tablettes à l’école, pour quoi faire ? share
back to to

Des tablettes à l'école, pour quoi faire ?

30 septembre 2014

Le grand plan numérique pour l’école voulu par François Hollande est relancé en cette rentrée 2014 : le 26 septembre dernier, la Ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem a déclaré que tous les collégiens seront dotés d’une tablette numérique dès 2016. Cette promesse n’a pas pour seul but d’alléger les cartables, mais se fait sur fond de grande concertation nationale portant sur le socle commun des compétences et de culture et le programme des maternelles. Décryptage avec Slate, qui revient sur cette promesse. 

> Alléger les cartables

Derrière la tablette se cache la question du poids des cartables. C’est une question de santé publique réactualisée à chaque rentrée. Selon des chiffres relayés par les associations de parents d’élèves, les cartables pèsent en moyenne 8kg au collège, alors qu’il devraient idéalement ne pas dépasser 10% du poids de l’élève. La tablette dans ce cas précis répond à une réelle demande des parents, qui lancent des opérations de pesage de cartables pour sensibiliser l’opinion à ce problème – voire des pétitions pour demander la mise en ligne sur l’environnement numérique de travail des exercices issus des livres scolaires, ou encore un usage généralisé des tablettes contenant des manuels scolaires numériques.

 
> Quelle tablette pour quels usages et contenus ?

Les grands éditeurs de manuels scolaires se sont mis au numérique, offrant des manuels pouvant être vidéo-projetés ou des manuels 100% numériques. La tablette renouvelle non seulement les usages, mais aussi les contenus. L’idée n’est pas simplement de numériser des manuels scolaires mais d’adapter les contenus aux nouvelles possibilités offertes par le numérique. Déjà introduite dans certains établissements scolaires à titre d’expérience pilote, la tablette semble bien accueillie par les professeurs et les élèves mais ne signifie pas pour autant la mort du manuel scolaire papier. Elle simplifie l’organisation des cours, la recherche en classe, diversifie les ressources utilisées en classe et laisse place à des activités plus pratiques. 

> Quid de l’enseignement de l’informatique ?

Pour Colin de la Higuera, président de la Ligue informatique de France et professeur à l’Université de Nantes, la tablette ne peux pas être le biais par lequel on introduit le numérique à l’école, ni, réciproquement faire entrer les élèves dans le numérique. Inutile d’investir des centaines de millions d’euros dans du matériel sans investir aussi dans la formation et le recrutement d’enseignants véritablement formés au numérique, défend-il. Hinguera préconise ainsi un véritable enseignement de l’informatique, leur donnant les clés pour comprendre et penser le monde. Un enseignement déjà dispensé chez bon nombre de nos voisins, rappelle-t-il, et recommandé par l’Académie des sciences, la Société informatique de France, le Conseil supérieur des programmes ou encore le Conseil national du numérique. Reste à voir si ces recommandations seront prises en compte et accompagneront l’introduction des tablettes à l’école.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email