Mission : directrice numérique de New York

18 novembre 2014

Première Chief Digital Officer de New York, Rachel Haot, 27 ans, a été nommée à ce poste il y a de cela 3 ans par Michael Bloomberg, alors maire de Big Apple. Sa mission ? Faire de New York une smart city à la pointe de la technologie. Portrait par la Tribune

Favoriser la connectivité, l’accès aux données, le partage des ressources et des informations… mais aussi améliorer les infrastructures et les services publics grâce aux outils numériques : telles sont les missions quotidiennes de la jeune Rachel Haot.

« Il s’agit d’une nouvelle fonction, issue du secteur privé, et introduite très récemment dans ­l’Administration. Son objectif est de regarder les fonctions et les opérations de l’Administration en se demandant comment la technologie peut aider à rendre les services publics plus efficaces. »

Et concrètement ?

« J’ai mis en œuvre une  »digital road map » qui déclinait les différentes initiatives fondamentales à mettre en place dans les infrastructures, l’open data, la participation et les différents secteurs de l’économie. »

Du développement de l’Internet sans fil à celui de l’open data, en passant par l’organisation de « hackatons » pour stimuler l’innovation ou la construction d’un campus technologique à Cornell, les projets menés par l’une des « 8 young leaders to watch in 2014 » (selon Business Insider) confèrent à New York un rôle d’exemple sur le territoire américain… et à l’international.

Chief Digital Officer, un métier du futur ?

A Chicago, San Francisco, Philadelphie ou tout récemment Los Angeles, le rôle des CDO gagne du terrain et répond aux nouveaux enjeux des municipalités pour améliorer les services publics. En France, cette fonction existe au niveau national : le titre d’administrateur général des données a été attribué à Henri Verdier, directeur d’Etalab (l’établissement chargé de la stratégie d’ouverture des données publiques de l’Etat) dont le travail avait été couronné en septembre avec l’arrivée en 10ème position de Data.gouv.fr dans le classement des plateformes ouvertes de données publiques.

Pour retrouver l’article de la Tribune, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email