Dis-moi comment tu lis et je te dirai comment travailler share
back to to

Dis-moi comment tu lis et je te dirai comment travailler

20 novembre 2012

Les manuels scolaires se numérisent de plus en plus. Et avec eux de nouveaux outils : CourseSmart a mis en place un système qui permet aux professeurs de suivre le comportement des étudiants sur les supports numériques. Une aide à l’apprentissage ou un flicage inutile des élèves ?

C’est la question que pose Marc Parry sur Chronicle.

> Suivre la lecture des étudiants

En s’inspirant des outils de surveillance des comportements en ligne – les fameux cookies – CourseSmart a mis au point un nouveau système de suivi de lecture et de travail.

Il permet de suivre le comportement des étudiants sur les documents numérique : combien de temps passé sur une page, combien de pages lues, combien de remarques ou commentaires ajoutés.

Toutes ces données sont ensuite utilisées pour déterminer le caractère consciencieux du travail des étudiants.

Plusieurs universités américaines sont intéressées par un test approfondi du service. L’idée derrière l’outil est de pouvoir alerter les étudiants qui ne se montrent pas assez impliqués, en assurant un suivi personnalisé des actions de chacun :

« Il a une demande criante sur le marché de l’éducation pour connaître l’impact qu’ont les supports scolaires sur l’apprentissage » explique ses concepteurs.

Mais à quel coût pour la vie privée des étudiants ?

> L’exploitation des données privées dans un but pédagogique ?

Les récentes études sur la gamification montre qu’avoir des retours immédiats et personnalisés sur son travail est un important facteur d’engagement.

Mais la possibilité de suivre à la trace les actions des étudiants sur des supports éducatifs numériques pose des questions fondamentales en terme de vie privée, notamment celle de l’utilisation des données personnelles pour surveiller les élèves :

« N’est-ce pas quelque peu déstabilisant de savoir que le texte qu’on lit nous observe ? » s’interroge Marc Parry.

Pour les créateurs du dispositif, la question se pose mais « pas si cela aide [les étudiants] à réussir ». Et surtout les élèves pourront choisir de ne pas partager leurs données s’ils le souhaitent.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email