10 ans d’une vie en data, ça donne quoi ? share
back to to

10 ans d'une vie en data, ça donne quoi ?

21 octobre 2015

En 2006, alors que la tendance du Quantified Self n’en était qu’à ses balbutiements, Nicholas Feltron, graphiste, se livrait à de curieux agissements : noter, en chiffres, sa vie sur des carnets. Près de dix ans plus tard, Wired est allé à sa rencontre pour mieux comprendre cette démarche.

Combien de mails ? De textos ? De lettres reçues, envoyées, ou de cheveux gris apparus en une année ? Si le temps qui passe se compte en heures, le graphiste Nicolas Feltron l’a quant à lui compté en anecdotes. Et raconté, depuis, en datavisualisation.

« [Au début,] je voulais faire le point sur l’année écoulée. Je me suis rendu compte que je pouvais utiliser mon compte last.fm pour me rappeler quel genre de musique j’écoutais. Mon calendrier, mes photos, ma mémoire et les listes que j’ai pu faire m’ont permis de remplir les blancs et de créer un document intéressant. »

Outre la réflexion sur ce qui fait une vie passée, l’oeuvre de Nicholas Feltron apparaît, presque dix ans plus tard, aussi bien comme un travail d’avant-garde artistique que comme une interrogation visionnaire de ce qui constitue une donnée personnelle. Et du regard que porte la société à son sujet : le graphiste raconte ainsi avoir commencé son travail en se posant des questions sur l’intimité. Une intimité aujourd’hui dépassée à l’heure où tout est mesuré ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email