Doublement du marché de l’Internet mobile d’ici à 2017 : une opportunité à ne pas manquer pour l’Europe share
back to to

Doublement du marché de l'Internet mobile d'ici à 2017 : une opportunité à ne pas manquer pour l'Europe

10 décembre 2014

Dans un rapport publié ce mercredi 10 décembre, le Boston Consulting Group annonce des opportunités de croissance incontournables pour le marché de l’Internet mobile, amené à doubler sur les trois prochaines années. Des opportunités à côté desquelles les pays européens risquent de passer, faute d’adaptation et d’investissements. Explications avec un article des Echos

Depuis l’introduction des premiers smartphones il y a sept ans, l’Internet mobile a fait du chemin et semble désormais amené à croître à un rythme exponentiel. A l’heure actuelle, les deux-tiers de ses revenus sont générés par le contenu, les applications, les différents terminaux et plates-formes, la part restante incombant à l’accès au service en lui-même et aux différentes dépenses en infrastructures réseau. Si le marché pesait 92 milliards d’euros en 2013 pour les seuls pays européens que sont le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne, il pourrait représenter 226 milliards d’euros en 2017 selon les prévisions du Boston Consulting Group.

A ce sujet, Pierre-Yves Jolivet, directeur associé au BCG, estime que « l’essentiel de la croissance viendra du développement d’applications, de la création de nouveaux contenus et de nouveaux services ».

L’enjeu pour les pays européens ? Saisir les opportunités de croissance et d’emploi générées par le secteur en soutenant le développement de l’Internet mobile, notamment par la mise en place de programmes d’éducation, de formation et de mobilité appropriés, pour faire entrer sur le marché du travail des individus qualifiés et hautement compétents. Autre suggestion de l’étude : redoubler d’efforts en termes d’investissement. Le rapport pointe du doigt un retard des pays européens en matière de dépenses dans les réseaux de nouvelle génération (4G), actuellement 4 fois moins importants qu’aux Etats-Unis.

Des efforts que devra également faire la France, dont les entreprises ont récemment été accusées d’un retard en matière de transition numérique et de Big Data, deux autres secteurs synonymes de croissance.

Pour retrouver l’article des Echos, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email