Droit d’auteur : le selfie d’un singe crée une bataille juridique sans précédent share
back to to

Droit d’auteur : le selfie d’un singe crée une bataille juridique sans précédent

6 août 2014

Après s’être fait voler son appareil photo par un singe, David Slater, le propriétaire de l’objet, a découvert sur la carte mémoire plusieurs selfies (ou autoportraits) hilarants pris par le primate. Problème de taille : qui est propriétaire du cliché ? Après avoir fait rire tous les Internets et avoir été placé par Wikipédia sous licence ouverte, le propriétaire de l’appareil photo menace d’attaquer en justice l’encyclopédie en ligne. Une bataille juridique que nous rapporte LeParisien.fr dans un article publié le 6 août.

Selon Wikipédia, David Slater n’ayant pas eu l’intention de prendre le cliché, il n’en est pas le propriétaire. De même, la loi américaine ne prévoyant pas d’attribution de droits d’auteur aux animaux, le singe voleur ne l’est pas non plus. De fait, pour Wikipédia, « personne ne pouvait prétendre à la paternité juridique de cette image et elle est donc tombée dans le domaine public. »

Un choix qui n’est pas du goût de David Slater, qui ne touche donc aucune rémunération du cliché et qui menace désormais d’attaquer l’encyclopédie en ligne en justice. De quoi donner du fil à retordre à la justice américaine. De fait, même si elle plaidait en faveur du propriétaire de l’appareil photo, il serait impossible de réguler la propagation de l’image, sous licence Creative Commons depuis maintenant 2 ans. 

Pour en savoir plus sur cette histoire rocambolesque, c’est ici, sur LeParisien.fr

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email