Du e-gouvernement au gouvernement 2.0

28 octobre 2011

Les hommes politiques, et les administrations, reconnaissent en général l’importance d’Internet, et l’ont utilisé, au début, pour offrir du contenu ou des services vers les citoyens. 

On peut aller bien plus loin. Certains états ont décidé d’appliquer les paradigmes du web2.0 à l’administration et à la politique. Ce mouvement a été nommé, par Tim O’Reilly, le « gouvernement 2.0 ».
 
Il s’agit de trois éléments :

  • Le premier est l’OpenData : l’administration doit passer d’un mode où les données sont indisponibles sauf si elle souhaite les ouvrir, à un mode où les données sont publiques sauf raison contraire impérieuse.
  • Le deuxième est l’usage de tous les outils du web 2.0 pour améliorer la communication entre les administrations et les citoyens. 
  • Le troisième est la transformation interne de la culture de l’administration vers un mode coopératif. 
Un concept nouveau émerge alors : « le gouvernement comme une plateforme », qui consiste à utiliser la technologie pour fluidifier les échanges économiques et sociaux entre les citoyens. 
 
L’Australie s’est officiellement déclarée ouverte. Ce pays est précurseur des états de demain.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email