Du langage naturel au langage formel

6 janvier 2014

Rendre calculable toutes les informations accumulées depuis la naissance des sciences de l’informatique (base de règles, de faits ou de représentations), c’est l’ambition affichée derrière la plateforme Wolfram|Alpha, un site internet dit intelligent car relatif à la puissance de calcul. Explications.

Vous vous intéressez aux mathématiques, à la sociologie, à la géographie, à l’art, etc. ? Vous vous posez des questions sur les dernières statistiques ? Vous souhaitez voir les graphiques et historiques qui vous permettent de visualiser directement l’ensemble des données sur un sujet, une ville, un site, etc., Wolfram|Alpha, vous donne les résultats. Il suffit de taper votre question en langage naturel – ou langage ordinaire – et Wolfram|Alpha produit le résultat en version informatique, le langage formel.

Voici la vidéo (en anglais) de la présentation du logiciel:

Des questions abstraites de type mathématiques (les équations, fonctions etc.) aux questions concrètes qui peuvent servir à une entreprise, comme le classement de votre entreprise sur les moteurs de recherche, les résultats statistiques de Facebook ou encore le PIB en France, le logiciel calcule la réponse à partir d’une base de données pour rendre compte des graphiques, chiffres clés, historiques, etc. nécessaires à une utilisation immédiate.

L’idée est de donner accès directement aux informations statistiques au lieu de faire passer les utilisateurs par des interfaces intermédiaires qui renvoient à des listes de documents ou des pages web, comme les moteurs de recherche classiques. 

L’avantage tient notamment du fait que l’on peut avoir de multiples entrées dans le logiciel comme par mots clés ou par questions du type « Quel est le PIB en France ? ». Car Walfram|Alpha a un « bagage sémantique » suffisant pour vous comprendre ! 

> Des mathématiques au « Quantified Self »

Outil de statistique linguistique, sociologique ou mathématique, il s’agit surtout d’un projet initié par Stephen Wolfram, un informaticien britannique passionné des mathématiques formelles qui a consacré sa vie de scientifique à « quantifier » le monde. Il a fondé une société spécialisée dans la création d’applications mathématiques, Wolfram Research. A cet égard, Stephen Wolfram s’appuie sur son logiciel Mathematica, un outil connu des scientifiques car il permet de créer des programmes et de réaliser des calculs algébriques, pour Wolfram|Alpha.

Mais Stephen Wolfram est aussi réputé dans le milieu du « Quantified Self », phénomène qui applique les nouvelles capacités de stockage et d’organisation des Big Data à l’étude de notre personne. Ainsi, il a enregistré et capté un maximum de données sur lui-même pour mettre sa vie en chiffres. Il a crée un site internet sur lequel il publie les résultats de ses études. Grâce au traitement automatique de ses données collectées, il obtient une analyse de ses pratiques quotidiennes sur Internet comme son usage des emails, un historique de ses réunions de travail, de son temps passé au téléphone, etc. Tout est passé au crible de l’informatique: il peut ainsi voir les courbes d’évolution temporelle de ses usages. Vrai carnet de bord ou journal intime, il réinvente alors le genre littéraire du récit de vie en utilisant l’écriture mathématique, celle qui passe par les algorithmes, comme on peut le lire sur son blog dans un billet en anglais consacré au « quantified self », « L’analyse personnelle de ma vie« . Un récit de vie pas comme les autres qui donne d’ailleurs lieu à un scrapbook numérique !

Pour en savoir plus sur Wolfram|Alpha et tester vos questions, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email