En Angleterre, les données santé sont «bonnes pour les patients» share
back to to

En Angleterre, les données santé sont «bonnes pour les patients»

29 avril 2013

Partager les données santé, c’est bon pour les patients : c’est le Secrétaire d’Etat à la Santé britannique Jeremy Hunt qui le dit. Des propos tenus à l’occasion de la parution de l’étude de Dame Fiona Caldicott sur les données de santé en Angleterre et que commente la BBC.

À contre-courant d’une extrême prudence qui prévaut dans le système de santé d’Albion s’agissant de la sécurité des données personnelles – secret médical oblige, on peut comprendre – Jeremy Hunt estime que l’échange d’informations entre médecins peut grandement faciliter la guérison des patients.

Pour le Secrétaire d’Etat, les systèmes d’information des hôpitaux britanniques, loin d’être interopérables entre établissements, souffrent en effet de n’être souvent pas même harmonisés d’un service à un autre. Or, « le partage des données santé devrait être la règle, pas l’exception ».

Bien entendu, le rapport précise que l’infosanté doit être surveillée et son accès contrôlé, pour que son usage reste limité à ce qui est nécessaire pour assurer la meilleure prise en charge du patient. Mais les données pourraient aussi être utilisées pour aider la recherche et établir des statistiques.

Les conclusions du rapport ont en tout cas été accueillis favorablement par les plus grands médecins du pays. À quand une prise de position similaire en France comme le préconise le mouvement Open data santé ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email