En Grande-Bretagne, la reconnaissance faciale fait avancer les enquêtes criminelles share
back to to

En Grande-Bretagne, la reconnaissance faciale fait avancer les enquêtes criminelles

18 juillet 2014

La police de Leicestershire (Royaume-Uni) teste des logiciels de reconnaissance faciale pour faire avancer ses enquêtes criminelles. L’idée : recouper automatiquement les images numériques avec la base de données de la police pour maximiser les corrélations. Une information que nous relaie UK Wired dans un article publié le 17 juillet.

NeoFace – développé par la société NEC – est un programme qui permet l’analyse et la comparaison automatique d’images faciales avec une large base de données de photo d’identité digitales. Les agents de police entrent dans le logiciel une nouvelle image numérique – que ce soit depuis une vidéosurveillance ou un appareil photo – et celui-ci établit les correspondances en temps réel.

Dans un premier temps, le logiciel améliore l’image puis propose les corrélations avec la base de données de la police. Les résultats sont ensuite présentés sous la forme d’une liste de candidats probables (voir la vidéo de présentation ci-dessous).

Pour aider le travail d’identification, le logiciel permet aussi d’obtenir un portrait de qualité à partir d’une série de clichés pris sous différents angles. Par ailleurs, plusieurs algorithmes tournent afin de convertir les images en trois dimensions, grâce à une méthode appelée le « morphing ».

 

L’Institut national des normes et de la technologie (NIST) estime que NeoFace offre un système de reconnaissance particulièrement précis. A cette étape de l’enquête, ces indices ne peuvent cependant pas être utilisés devant une cour de justice : ils permettent seulement d’étendre les méthodes d’investigation, car ils ne peuvent être constitués comme preuves.

 Pour en savoir plus, c’est ici dans l’article de Wired.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email