En Italie, un « gourou » du web veut conquérir le Parlement share
back to to

En Italie, un « gourou » du web veut conquérir le Parlement

14 janvier 2013

En Italie, le renouveau politique passera-t-il par le web ? C’est en tout cas la promesse du charismatique Roberto Casaleggio, dont le mouvement en ligne semble bien parti pour compter dans le paysage politique italien. 

Roberto Casaleggio se verrait bien en messie : né sur le web, son « Mouvement cinq étoiles » (M5S) s’est répandu à travers tout le pays comme un virus – « un peu comme le message du Christ ». Et aujourd’hui, il est en train de percer comme une véritable force politique alternative en Italie, révèle le Guardian. Histoire d’un succès.

> Un mouvement né en ligne…

Tout est parti du blog d’un comédien, Beppe Grillo, qui était en 2007 le septième blog le plus populaire du monde, dans un pays qui ne compte qu’un cinquième de la population des Etats-Unis et où moins de 40% des ménages possédaient un ordinateur. 

Pour Casaleggio, le succès de ce blog s’explique par une situation unique en Italie : de 2001 à 2006, Silvio Berlusconi contrôlait six des sept principales chaînes de télévision du pays. Dans ce contexte où l’on se sentait « un peu comme dans la matrice », le blog du comédien avait le mérite de ne pas pratiquer d’auto-censure. 

Prenant en main, avec Beppe Grillo, la communauté qui s’est formée autour de ce blog, Roberto Casaleggio coordonne aujourd’hui quelque 650 groupes locaux formés sur le réseau social Meetup. Son modèle ? Une démocratie directe, qui supprime tout intermédiaire entre le citoyen et l’Etat.  

> …inspiré de la culture web…

Premier fait d’armes : en mai dernier, M5S surprend tout le monde en remportant des élections locales dans la ville de Parme. En octobre, il est donné vainqueur des élections régionales en Sicile. Et avec ses 17% de soutiens dans les sondages, le mouvement pourrait gagner entre 90 et 100 des 630 sièges de la chambre basse du Parlement italien. 

Aux yeux de nombreux observateurs, M5S tire son succès de sa fronde contre les mesures d’austérité du gouvernement de Mario Monti, et devrait donc disparaître avec la cause qui l’a fait apparaître. Mais pour Roberto Casaleggio, le mouvement repose sur une tendance bien plus durable : l’érosion, à cause d’Internet, de toutes les formes de médiation. Pour lui, les journaux sont voués à disparaître car ils se tiennent entre les journalistes et les lecteurs. Il en irait de même des partis, qui feraient barrage entre les électeurs et les autorités. 

Parmi les valeurs du « mouvement » (son fondateur rejetant logiquement le terme de « parti »), on trouve un certain dédain pour l’argent : Roberto Casaleggio a annoncé qu’il allait « rendre » les 800 000 euros auxquels gagnés par son parti après avoir remporté les élections en Sicile. 

> …mais un peu autocratique !

Et en effet, M5S a bien quelques traits d’un mouvement spontané et auto-organisé en ligne : bien que Casaleggio ait beaucoup recruté parmi les élus « indépendants » du pays, certains leaders du mouvement se sont révélés via les groupes locaux sur Internet. Et c’est encore en ligne qu’ont été sélectionnés les candidats M5S aux élections législatives – même si la participation a été faible (20 000 participants sur quelque 255 000 adhérents).

Mais à y regarder de près, cette démocratie directe se teinte d’une certaine dose d’autocratie : lorsque certains déplorent que le scrutin interne n’a été validé par aucune autorité indépendante, ou remettent en cause certains choix de Casaleggio – comme l’interdiction faite aux candidats de s’exprimer à la télévision – le « gourou » s’emporte :

« Nos statuts contiennent des règles. S’ils veulent changer ces règles, ils peuvent créer un autre mouvement ». Mais qui a rédigé ces statuts ? « Beppe Grillo et moi », répond l’impassible Casaleggio.

> Les « règles » de Casaleggio

A toutes fins utiles, voici les cinq règles d’or pour construire avec succès un mouvement politique sur Internet, selon Roberto Casaleggio :

1 – Créez la participation. Vous avez besoin d’une communauté pour commencer.

2 – Comprenez les règles de l’Internet, y compris sa sociologie. Ne pensez pas que c’est quelque chose de plus, mais voyez-le comme une réalité nouvelle – un nouveau monde.

3 – Parlez la langue de l’Internet. En particulier, ne dites rien qui ne puisse être vérifié sur le web.

4 – Définissez les règles les plus simples possibles pour votre mouvement.

5 – Réalisez que vous donnez du pouvoir aux gens. Les cellules que vous créez ont une vie qui leur est propre.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email