Facebook se lance sur le dark web pour offrir (un peu) d’anonymat share
back to to

Facebook se lance sur le dark web pour offrir (un peu) d'anonymat

3 novembre 2014

Facebook vient tout juste de lancer une version de son site accessible via Tor. Une initiative étonnante de la part du géant de la Silicon Valley, dont Wired nous explique les motifs

Le Dark web, loin de se limiter aux sites illégaux et aux activités taboues, abrite des réseaux sociaux hébergés par des sites cachés en .onion  et uniquement accessibles via le réseau Tor. Des réseaux épargnés par la surveillance qui favorisent la liberté d’expression et l’anonymat.

Las d’essuyer les critiques relatives à ses paramètres de confidentialité, Facebook vient tout juste de se conformer à ce modèle et de créer son propre lien : https://facebookcorewwwi.onion/. Pour l’afficher, vous aurez besoin de Tor, le navigateur du Dark web. La version accessible via ce logiciel garde les mêmes fonctionnalités que l’interface grand public, et nécessite également de se connecter avec ses identifiants. Elle épargne néanmoins à ses utilisateurs l’enregistrement de la localisation, le stockage d’informations personnelles les concernant et leur promet une sécurité de navigation supérieure au protocole SSL, jusqu’à présent utilisé par les plus réfractaires à la divulgation de leurs données.

Ce nouveau mode d’accès pourrait s’avérer remarquablement utile aux résidents de pays dont les régimes ont censuré le réseau, tels que la Chine, l’Iran, la Corée du Nord ou encore Cuba, en leur offrant un nouvel espace de liberté.

Mais faut-il vraiment que les utilisateurs se mettent au dark web pour obtenir le plein contrôle de leur vie privée ?

Plus d’informations avec l’article de Wired

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email