Fuat Avni, le compte Twitter qui prédisait les arrestations en Turquie share
back to to

Fuat Avni, le compte Twitter qui prédisait les arrestations en Turquie

19 décembre 2014

703 000 abonnés et plus de 1 700 tweets inquiétant le gouvernement d’Erdogan et ses secrets : @fuatavnifuat est le mystérieux porte-parole de la contestation turque sur Twitter. Un article de l’Obs avec l’AFP a mené l’enquête sur celui que l’on surnomme le « Gorge Profonde » de l’opposition.

Jeudi 11 décembre, Fuat Avni annonçait à ses milliers de followers une opération de répression d’envergure : près de 400 personnes, dont 147 journalistes de médias critiques envers le pouvoir, devaient être interpellés dès le lendemain. Les raids de la police « anti-terroriste » auront finalement lieu deux jours plus tard pour arrêter 27 journalistes, dont le rédacteur en chef du grand quotidien Zaman, Ekrem Dumanli et le directeur de la chaîne STV, Hidayet Karaca. Un changement de plan dont Fuat Avni affirme être à l’origine grâce à ses révélations, scrupuleusement observées et redoutées dans les cercles les plus proches du président Erdogan.

Jugés « dangereux » par le vice-Premier ministre Bulent Arinc, les tweets d’Avni ont échappé à la censure à plusieurs reprises. L’auteur est à chaque fois suffisamment bien informé pour changer de compte avant que les menaces ne soient mises à exécution. Est-il un proche du gouvernement, un journaliste de l’opposition, un espion de la CIA ou encore la propre femme du président Erdogan ? Quel qu’en soit son auteur, le compte révèle tout, des interpellations les plus secrètes aux détails de la vie privée du président, comme son choix de costume pour le jour suivant. 

Dans une interview exclusive avec le site américain Vocativ, Fuat Avni, qui signifie « coeur charitable », affirme vouloir poursuivre ses révélations des « sales affaires » jusqu’à ce que le gouvernement tombe. Par son style et parfois même, son humour, il donne aussi aux adversaires du régime l’espoir d’une chute prochaine du pouvoir en place. 

Pour en savoir plus, l’article de l’Obs est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email