Géopolitique : des algorithmes pour prévoir les tensions internationales share
back to to

Géopolitique : des algorithmes pour prévoir les tensions internationales

19 février 2014

Révolutions, affrontements, crises, guerres… et s’il était possible de prédire les prochaines crises politiques ? A Durham en Caroline du Nord, des étudiants en géopolitique de l’Université Duke travaillent à la création d’algorithmes capables de prédire les conflits internationaux. L’enjeu ? S’appuyer sur la puissance de calcul des machines pour optimiser la prévision des risques et des conflits. Retour avec The Verge sur ces algorithmes « boules de cristal ».

Le Ward Lab de l’Université de Duke avait estimé dans son rapport de Juillet à 97% les probabilités d’insurrection au Paraguay. Un mois plus tard la prévision était confirmée avec l’intensification des campagnes de guérilla, explique The Verge.

Pour Michael D. Ward, le fondateur du laboratoire, ces estimations sont surtout le moyen de vérifier et de tester les théories géopolitiques fondant ces modèles mathématiques. La fiabilité de cette méthode reste cependant à l’épreuve : les affrontements en Ukraine n’avaient pas été décelées par les algorithmes du Ward, par exemple.

La prédiction des conflits via des algorithmes n’est pas récente, nous raconte The Verge. Elle commence dès 1990 avec l’aile R&D du Pentagone, le Darpa («l’aile de recherche et développement du Pentagone»). L’idée était alors de tester une approche informatique pour faire mieux que la CIA. Ces modèles de prévisions mathématiques permettent en effet d’éviter tous les biais humains pouvant interférer dans les pronostics.

Des résultats probants, mais la méthode rompt avec la tradition du secret dans ce domaine. Ils conduisent en effet à un changement profond dans la façon de percevoir la géopolitique : la transparence sur ces modèles et leurs résultats mènent à un système open source où les données sont accessibles et exploitables. Par exemple, les chercheurs de l’université de Georgetown classent chaque événement politique significatif dans une seule et même data base, le GDELT et la laisse ouverte à la recherche publique. Des initiatives émergent alors, à l’image de la cartographie de la guerre civile syrienne.

On connaissait les algorithmes pour prévenir le crime ou encore ceux capables de fluidifier le trafic en ville … De plus en plus présents, ils semblent ainsi jouer un rôle important dans nos vies mais façonnent-ils pour autant le monde ?

Pour en savoir plus, c’est ici dans The Verge.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email