Handicap : la question de l’accessibilité se pose aussi en ligne share
back to to

Handicap : la question de l’accessibilité se pose aussi en ligne

15 juillet 2015

27% des personnes en situation de handicap n’ont jamais eu accès à Internet au Royaume-Uni. Selon les chiffres de l’OMS, cette catégorie serait même deux fois plus touchée par l’exclusion que le reste de la population. Explications avec le Guardian.

« La plupart de ceux qui viennent ici n’ont jamais touché un ordinateur avant. Le plus dur pour eux, au début, c’est de ne pas avoir peur que tout explose dès qu’ils touchent l’écran », explique Andrew Entecott, de Cambridge Online. Depuis vingt ans, cette association dispense des milliers de cours d’informatique à distance ou dans une petite salle, dotée de dix postes et de claviers ou souris adaptés aux divers types de handicap.

Mais cette initiative est loin d’être suffisante, selon la Extra Costs Commission qui milite pour les droits des personnes en situation de handicap au Royaume-Uni. Selon elle, l’accessibilité doit être au cœur de la stratégie d’inclusion numérique du gouvernement britannique, dont elle appelle à revoir les principes fondateurs, quand près d’un adulte handicapé sur trois se voit exclus du numérique.

Pour beaucoup, la solution passe aussi par un web pensé et labellisé pour tous grâce à des boutons permettant d’adapter les interfaces aux différents types de handicaps. Car la fracture numérique n’est pas seulement technique, elle est avant tout sociale.

En France,  la toute nouvelle secrétaire d’Etat chargée de la Réforme de l’Etat et de la simplification, Clotilde Valter, a récemment annoncé une mise à jour du référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA), qui définit les modalités techniques d’accessibilité aux services publics en ligne. Une initiative qu’elle détaillait à RSLN.

Plus d’explications avec le Guardian.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email