Handicaps et Internet : briser le « mur de verre numérique » share
back to to

Handicaps et Internet : briser le « mur de verre numérique »

13 juin 2012

Les bus sont maintenant équipés d’ascenseurs pour fauteuils roulants, les chaînes télévisées ont des programmes en télétexte… à quand des aménagements semblables partout sur Internet ? Comme le souligne Charlie Swinbourne dans les colonnes du Guardian, les personnes souffrant d’un handicap se heurtent parfois face à leur écran à un véritable « mur de verre numérique »

Par exemple, trop peu de vidéos sont proposées avec sous-titres pour les personnes sourdes ou malentendants. D’autres, atteintes de dyslexie, ont de vrais problèmes de lectures face à certains textes si la mise en page est trop compacte et que la couleur des lettres ne se détache pas clairement d’un fond qu’il faudrait le plus clair possible. Enfin, certains signes, comme le petit triangle « play » des lecteurs vidéo, sont intraduisibles par la plupart des logiciels de conversion d’un écran en écriture braille.

Pourquoi ce problème doit-il être résolu ? Par principe, rendre l’accès aux contenus en ligne plus égalitaire est bien entendu un axe à suivre. Mais le journaliste évoque une autre raison d’ordre économique :

« Une société qui promeut l’égalité implique que chacun ait les mêmes chances dans sa recherche d’un emploi. Or la technologie et le web deviennent des impératifs de plus en plus importants pour la réussir », explique-t-il.

C’est alors un peu la double peine pour les personnes handicapées, qui vivent déjà des discriminations sur le marché de l’emploi, mais en subiraient aussi dans l’acte de recherche lui-même.

Comment améliorer alors l’ergonomie et l’interactivité de l’ensemble de la Toile ? « Tout comme les architectes bâtissent aujourd’hui des bâtiments plus accessibles, les web designers doivent à leur tour penser de la même façon, et ce, dès la naissance d’un site Internet », suggère Charlie Swinbourne.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email