Hautes technologies et emplois du futur

27 mars 2013

Alors que 700 élus étaient réunis à Aurillac mi-septembre dernier pour faire le point sur le haut-débit, une récente étude de l’Idate montre que le passage à la fibre pour les collectivités suppose l’emploi de 6000 personnes en 2015. Seul hic pour l’Usine Nouvelle : y’aura-t-il assez de formations et de personnes formées ?

Pour le moment, ce sont 3.000 emplois directs et 1,1 milliard d’euros que génèrent ces réseaux. L’exploitation des réseaux a été rendue possible en 2004 pour les collectivités locales et les Réseaux d’initiatives publiques (RIP) peuvent ainsi former des consortium public-privé pour la création ou l’entretien.

Selon l’étude de l’Idate – réalisée pour le compte de la la Fédération des industriels des réseaux d’initiatives publiques (Firip) – qui a interrogé 114 entreprises, les emplois direct seraient multipliés par deux quand on y ajoute le plan très haut débit et ses 20 milliards d’euros d’investissement sur dix ans : les prévisions passent à 6.300 emplois

Du travail à la pelle donc. Notamment pour près de 2.700 cadres techniques et ingénieurs. Mais les industriels regrettent de ne pas trouver leurs perles rares. Un manque de formation ?

Pour lire l’article en entier et l’interview d’Yves Rome, sénateur sénateur de l’Oise, sur le haut-débit et le raccordement des zones rurales.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email