Plus connectée, moins inquiète vis-à-vis de l’IA : le portrait de la génération Z share
back to to

Plus connectée, moins inquiète vis-à-vis de l’IA : le portrait de la génération Z

24 mars 2016

Quel regard posent les 16-24 ans sur la relation homme-machine et notre rapport aux nouvelles technologies ? Une étude Ipsos pour Windows 10, qui porte sur l’ensemble des Français, éclaire d’un jour intéressant la nouvelle fracture générationnelle.

Ce sont les véritables digital natives : les 16-24 ans, qui succèdent à la génération Y, n’ont connu qu’une société connectée, mobile et rythmée par les réseaux sociaux. Mais quels sont leurs rapports avec la technologie ? Une étude Ipsos pour Windows 10 livre un portrait intéressant des successeurs des millenials.

Sans grande surprise, ils sont 86% à trouver les technologies simples à utiliser quand ce pourcentage n’est que de 63% pour l’ensemble des Français (et 83% pour la génération Y). On les dit « FOMO » (pour la peur de manquer quelque chose, Fear of missing out en anglais), et on n’a peut-être pas tort : ils suivent effectivement activement les évolutions technologiques pour 54% d’entre eux.

Ce qui ne veut pas dire qu’ils délaissent les outils et interfaces traditionnels. L’ordinateur leur simplifie autant la vie que le smartphone (57%) et ils trouvent la souris quasiment aussi pratique que la voix (38% vs 34%) même s’ils apprécient les interfaces tactiles (66 %).

La simplicité, facteur clé d’adhésion aux nouvelles technologies

Plus généralement, l’étude montre que les Français ont totalement intégré les nouvelles technologies à leur vie quotidienne. Les quatre principaux bénéfices que les personnes interrogées retiennent sont :

• Le gain de temps (78%)

• L’organisation du quotidien (63%)

• L’optimisation du travail (63%)

• L’obtention d’une information de qualité (55%)

Si ces quatre axes montrent bien que l’adhésion des Français passe par la simplicité, les nouvelles fonctionnalités récemment apparues ne sont pas encore forcément utilisées par le plus grand nombre : ainsi, 53% connaissent le tactile sur ordinateur mais ne l’utilisent pas, un pourcentage qui passe à 57% pour la commande vocale.

« Cette étude nous montre que les Français sont arrivés à un point de bascule dans leurs usages de la technologie », commente Agnès Van De Walle, directrice de la division Windows & Devices chez Microsoft France. « Ils sont informés des innovations, ils en perçoivent les bénéfices mais tardent parfois à les adopter. Notre rôle est de simplifier cette adhésion. »

C’est notamment le cas avec Windows 10, plébiscité par 85% de Français pour sa simplicité d’usage. Une adhésion qui se teinte parfois d’inquiétude, notamment au niveau des données personnelles : 93% des Français attendent que les nouvelles technologies les protègent, quand 83% jugent qu’un corpus de règles éthiques est nécessaire.

« Selon les Français, plusieurs principes doivent présider au développement à venir des technologies : un encadrement règlementaire et éthique pour protéger les individus et leurs données, une simplicité d’utilisation qui doit encore être améliorée, et la nécessité de davantage penser la machine au service de l’humain et non l’inverse », analyse Brice Teinturier, de l’institut Ipsos.

Ce qui rejoint le point de fracture entre les générations, lorsque l’on aborde l’impact des nouvelles technologies sur la vie quotidienne et la société. 

Alors que 58% des sondés, tous âges confondus, se disent dépendants de leurs devices et estiment que les nouvelles technologies prennent « trop de place » dans leurs vies, 37% des représentants de la génération Z les voient comme libératrices de l’Homme, un chiffre 10 points au-dessus de la moyenne nationale.

Cet optimisme se retrouve dans leur vision du futur : ils sont 58% à être curieux et enthousiastes sur le sujet de l’Intelligence artificielle, quand 51% des interrogés se disent inquiets. 

L’étude complète est à retrouver ici, agrémentée d’une infographie.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email