L’agité du numérique est-il le nouveau dandy ? share
back to to

L'agité du numérique est-il le nouveau dandy ?

1 octobre 2013

On a peut-être compris pourquoi le smartphone est le meilleur ami du hipster : dans un article remarquable de la revue Esprit, Laurent Jullier et Dominique Chateau subliment l’expérience solitaire que nous procurent nos appareils numériques en parlant d’iEsthétisme. Plutôt que de relayer la critique du « seuls ensemble » de Sherry Turkle, ils abordent notre relation à ces objets sous l’angle de l’attention que nous accordons aux oeuvres d’art. Armés de leurs terminaux, les digital native agiles seraient ainsi les nouveaux dandys. Explications.
 

Une façon de se comporter face aux objets culturels

Le nombre d’artistes en France a été multiplié par dix de 1975 à 2003, relèvent Laurent Jullier et Dominique Chateau. Au moment où la création se démocratise via les technos pervasives et ses mouvements corollaires, comme le Do It Yourself, il n’en faut pas plus aux deux auteurs pour décrire notre rapport aux nouvelles technologies comme une véritable quête artistique.

Assumant le paradoxe de vouloir être comme tout le monde tout en n’ayant l’air de personne, l’iEsthète trouve son esthétique dans la curation : pour nous guider dans la profusion de contenus numériques et l’infobésité ambiante, l’époque produit en effet des listes à foison, palmarès ou catalogues qui bornent ce qu’il est convenu de considérer comme des oeuvres d’art – sans pour autant négliger de faire émerger de nouveaux artistes en permanence. Une pratique que les auteurs font remonter… aux nomades du Pléistocène ! L’iEsthète, qui se doit d’être éclectique, « se définit donc par la liste de ce qu’il aime et de ce qu’il possède », concluent-ils – et en ordonnançant nos listes de contenus à l’envi, nous serions tous des commissaires d’exposition.

Collectionneur, il se complaît aussi dans une « esthétique de la collecte et du tri », profitant des multiples façons d’organiser l’abondance sur les sites d’accès aux contenus numériques (un titre au hasard, recommandation sociale, algorithmes divers). 

Au final, ce rapport aux objets numériques définit tout un rapport au monde : lorsqu’il écoute de la musique sur son smartphone, l’iEsthète est par exemple « à la fois dedans (coupé du monde) et dehors (toujours susceptible d’être dérangé par quelqu’un qui fait partie de sa tribu) ». 
 

De nouveaux dandys ?

« Etre hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde ».

C’est ainsi que Baudelaire, dans Le peintre de la vie moderne, définissait en 1863 l’attitude des dandys romantiques. Pour Laurent Jullier et Dominique Chateau, la filiation avec le digital native agile de 2013 est évidente. L’un comme l’autre partageraient « non sans paradoxe apparent une double attitude : celle de la distinction aristocratique vis-à-vis du vulgaire, par la maîtrise du corps, de l’habit et de l’attitude ; et celle de la fusion incognito dans la foule ».

Libéré aussi bien des « pesanteurs protocolaires des lieux dédiés à la contemplation artistique (l’opéra, le musée, la salle de cinéma…) » que du « hardware des débuts de la consommation domestique (bibliothèque, chaîne hi-fi, écran à demeure…) », ce nouveau dandy aurait-il donc le monde au bout des doigts ? A ce moment, les auteurs préviennent : cette utopie dématérialisée a besoin d’une autre réalité pour la faire fonctionner – faite de data centers et d’industries lourdes délocalisées. Et une fois en panne de batterie, l’iEsthète peut-il, comme les esthètes d’antan, retrouver le même plaisir dans les contemplations les plus simples ? Comme l’écrivent Laurent Jullier et Dominique Chateau :

« Cet arsenal de possibilités ne va pas sans contraintes. Il arrive que l’instrument instrumentalise son usager, et l’iEsthète se doit de développer certaines compétences, sous peine de ne pas réussir à ajuster sa consommation à ses désirs ».

Pour en savoir plus, l’article complet est à découvrir ici, sur le site de la revue Esprit.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email