Du téléspectateur à l’internaute : s’informer en ligne n’est pas (encore) une évidence share
back to to

Du téléspectateur à l’internaute : s’informer en ligne n’est pas (encore) une évidence

16 juin 2015

Le rapport annuel du Reuters Institute for the Study of Journalism sur les usages des internautes et l’information en ligne a été publié cette semaine. Quartz nous expose ses principaux enseignements.

Une majorité de personnes continue de s’informer par le biais de la télévision, quel que soit leur âge : c’est l’un des constats contre-intuitif mis en avant par l’enquête annuelle menée par le Reuters Institute auprès de plus de 20 000 citoyens dans 12 pays « développés ».

 

Un constat à relativiser toutefois, puisque qu’Internet a gagné du terrain. Le réseau des réseaux est ainsi devenu la principale source d’information dans des pays comme le Brésil, les Etats-Unis ou encore le Danemark et la Finlande.

Désormais, une question cruciale occupe tous les esprits : quelle est la porte d’entrée vers l’information en ligne ? D’après l’étude, les pratiques des internautes varient fortement selon les pays, mais la tendance générale est à la recherche directe d’information via les moteurs de recherche, devant les sites d’informations ou les réseaux sociaux. Les internautes français s’informent ainsi à 40% via la recherche directe d’information contre 27% via des sites d’information et 21% via les réseaux sociaux.

 

Un constat qui pourrait s’expliquer par le taux de confiance accordé à ces différentes sources, la télévision se situant devant Internet, les réseaux sociaux et la presse écrite dans l’ensemble des pays sondés.

 

Pour en savoir plus sur cette étude, l’article de Quartz est et l’étude est ici (pdf).

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email