Des images de synthèse à portée de mains

12 octobre 2012

Un Kinect, et un appareil photo reflex : voilà tout ce dont a eu besoin l’équipe RGB+D pour fabriquer un film en 3D. 

L’idée est simple : le Reflex décompose le mouvement en une rafale de photos, sur lesquelles le logiciel conçu par l’équipe ajoute en temps réel les coordonnées des points détectés dans l’espace par la caméra de Kinect, apportant ainsi la 3D. 

Le résultat, visible dans le clip du groupe japonais HaKU ci-dessus, est une explosion très esthétique de formes fragmentées, qui se muent en nuages de points ou se tordent en lignes colorées. 

D’étranges visuels en trois dimensions que l’on retrouve aussi dans ce clip de Jon Lindsay, dans une forme plus travaillée et plus abstraite.

Est-ce que cela signifie que Kinect va devenir un nouvel outil dans l’arsenal des créateurs de films d’animation 3D ? Une chose au moins est sûre : avec cette technique très bon marché, l’image de synthèse est mise à la portée de tous.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email