L’avenir de l’intelligence artificielle selon Baidu, Paypal et Facebook share
back to to

L'avenir de l'intelligence artificielle selon Baidu, Paypal et Facebook

WSJD 28 juillet 2016
Demain, quelle intelligence artificielle ? Et quels impacts sur nos vies quotidiennes ? Le Wall Street Journal est allé à la rencontre de trois poids lourds du secteur afin de discuter de ces enjeux.

Quel enseignement pour les machines ?

Pour Yann LeCun, directeur de la recherche sur l’intelligence artificielle chez Facebook, « le chemin est long pour qu’une machine devienne aussi intelligente qu’un humain. Pour l’heure, nous n’avons vu que 5% de ce que l’intelligence artificielle est capable de faire. » Et de préciser :

« Montrez à une machine des millions de photos de chats, et elle affinera son algorithme pour améliorer sa reconnaissance d’images de chats. C’est ainsi que fonctionne le machine learning, qui permet à des entreprises de classer les réponses à une requête formulée sur le web, de fournir des suggestions à l’utilisateur ainsi que de sélectionner le contenu qui lui sera proposé car considéré comme le plus pertinent.

Le deep learning, en revanche, calqué sur le cerveau humain, est nettement plus complexe. Il peut apprendre aux machines une vue hiérarchique du monde, qui ouvre un champ de possibles infini. C’est ce qui permis de voir émerger les voitures autonomes, les logiciels de reconnaissance vocale et les systèmes d’analyses médicalisés. »

A quel rythme ?

Pour Luke Nosek, cofondateur de PayPal, « nous restons encore loin de créer une intelligence artificielle qui aient des capacités similaires à celles de l’esprit humain. En termes d’échelle, son développement est comparable à l’avancée du nucléaire. »

Et selon lui, il faut avancer avec prudence :

« Une intelligence surpuissante peut aider des milliards de gens à mener des vies plus saines, plus sécurisées et plus heureuses. Mais pour la designer, les ingénieurs ont besoin d’une bien meilleure compréhension que n’importe qui sur cette Terre à l’heure actuelle de la complexité des réalités économiques, neurologiques et sociales engendrées par une société d’humains et de machines intelligentes. Et si nous réussissons à ”augmenter” nos esprits, nous serons mieux équipés pour conceptualiser, construire et coexister avec des intelligences artificielles fortes. »

Est-ce le moment de repenser votre trajectoire professionnelle ?

Andrew Ng, responsable scientifique chez Baidu, géant de l’Internet chinois, s’est quant à lui penché sur l’impact professionnel que pouvait avoir les innovations dans le domaine de l’intelligence artificielle. Selon lui, certains emplois vont devenir (très rapidement) obsolètes :

« Aux Etats-Unis, conduire des camions est l’un des métiers les plus communs aujourd’hui, et des millions d’hommes et de femmes tirent leurs revenus du fret. Cependant, ce métier pourrait très rapidement disparaître, les véhicules autonomes pouvant faire le même travail plus rapidement, plus efficacement et en toute sécurité. »

Andrew Ng en appelle à mettre en place un nouveau New Deal , adapté au XXIe siècle qui établirait « un programme de formations pour les nouveaux emplois que va créer l’intelligence artificielle : data analysts, optimisateurs de trajets, et tous les autres professionnels dont on n’a pas encore réalisé l’importance future. »

Plus d’informations et de points de vue par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email