Les services de renseignement lorgnent sur l’Internet des objets share
back to to

Les services de renseignement lorgnent sur l'Internet des objets

The Washington Post 17 février 2016
Si les voitures autonomes, thermostats intelligents et autres objets connectés sont autant de failles potentielles pour les hackers, il sont autant d'opportunités de récolter de l'information pour les services de renseignements, comme le détaille The Washington Post.

« L’Internet des objets va connecter dix milliards de nouveaux terminaux qui peuvent être exploités ». Et pour James Clapper, directeur du renseignement national américain cité par The Washington Post« cela peut créer de nouvelles opportunités pour nos collecteurs de données ». Selon lui, « les services de renseignement pourraient utiliser l’Internet des objets pour l’identification, la surveillance, le contrôle, la géolocalisation, le recrutement ciblé, ou encore pour avoir accès à des réseaux fermés ou à des informations concernant l’identification des utilisateurs ».

Pour autant, James Clapper ne minore pas le risque de piratage de ces objets connectés par des tiers mal intentionnés. Des piratages qui pourraient même avoir une portée létale dans le cas des voitures autonomes ou des dispositifs médicaux. L’année dernière, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux a recommandé aux hôpitaux du pays de ne pas utiliser un certain type de pompe à médicament, après que des recherches ont démontré qu’il était possible de s’infiltrer dans le système et de modifier le dosage à distance.

L’article complet est à lire ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email