InMoov : le premier robot à construire chez soi !

17 juin 2014

Proche des créatures imaginaires des nouvelles de Philip K. Dick, InMoov est le premier robot entièrement construit à partir d’une imprimante 3D. Son concepteur lui a donné une couche d’intelligence pour que ses comportements rappellent ceux des humains.

Gaël Langevin, que nous avons croisé au Village des innovations de Futur en Seine, est à la croisée de 2 mouvements : le Do It Yourself (ou la « fabrication personnelle ») et l’open source. Il a ainsi composé son robot à partir d’une imprimante tridimensionnelle, l’outil privilégié des makers et propre aux nouveaux ateliers de création, les fab labs.

Démarrant son projet en 2012, il a tout d’abord dessiné tous les plans de fabrication et les a mis en accès libre sur Internet afin que tout un chacun puisse les reproduire et les améliorer. Puis à partir des plans téléchargés sur son ordinateur, il a imprimé son robot. C’est via un empilement de couches fines de plastique fondu et de poudre métallique qu’InMoov a pris forme.

La particularité de ce robot vient de ce qu’il peut reconnaître les gestes grâce à la caméra Kinect et peut ainsi les reproduire (voir la démonstration dans la vidéo ci-dessous). 

La main d’InMoov, utilisable comme prothèse 

Des makers se sont intéressés plus particulièrement à la main d’InMoov, notamment pour son système motorisé d’ouverture et de fermeture des doigts. Comme d’autres avant eux, ils ont eu l’idée de la transformer en prothèse, open source et accessible à toutes les bourses. Pour ce faire, ils ont placé des capteurs d’activité musculaire sur l’avant-bras du porteur pour envoyer des informations à la partie robotique. Ces microcontrôleurs permettent de transformer en ordre moteur les informations captées et de diriger les mouvements de la main prothétique. Ainsi Gaël Langevin n’est pas simplement un créateur de robots mais mais il aide aussi, à son échelle, à réparer les humains !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email