Photographie et espace public

25 janvier 2010

Allez, on commence par un petit test. En l’espace de dix minutes, combien de photographies sont-elles prises sur Trafalgar Square, la quatrième attraction touristique du monde ? Autrement dit : à combien de reprises des individus vont-ils capturer un instant de la vie se déroulant dans cet espace éminemment public, sur leurs bobines ou leurs cartes mémoire numériquement, définitivement privées ?

Choy Ka Fai, un artiste originaire de Singapour, a décidé de visualiser les frictions entre ces deux espaces de manière très simple : sur cette vidéo, il représente très précisément le champ photographié par tous les appareils photos repérés, pendant un laps de temps de dix minutes, en plein après-midi :

Fort de cette visualiation, Choy Ka Fai en a profité pour équiper un appareil photo tout ce qu’il y a de plus ordinaire de pointeurs lasers permettant de projeter et visualiser directement le champ photographique. Vous imaginez un peu votre suprise si, dans la rue, vous vous trouviez soudain emprisonné dans le cône de capture d’un appareil photo, alors que vous n’avez rien demandé ?

Cette manière largement inédite de s’interroger sur les frontières entre espaces publics et privés au moyen de la réalité augmentée a été repérée par les designers de l’agence londonienne Berg sur leur blog.

Ah, au fait : on a compté plusieurs centaines de photos prises. Et vous ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email