Qui a envoyé le premier e-mail ?

Histoire du web 18 août 2016
En 2016, 215 milliards d'e-mails sont envoyés par jour, depuis plus de 4,4 milliards comptes différents. En 1971, il y a 45 ans, un homme s'est envoyé à lui-même le tout premier e-mail de l'histoire du web. Son nom ? Raymond Samuel Tomlinson. Quelle est son histoire ?
« Ne dis rien à personne ! Ce n’est pas ce sur quoi nous sommes censés travailler. »

Si Ray Tomlinson a été incapable de se souvenir précisément du contenu du premier e-mail (mis à part que c’était quelque chose de très anecdotique), la date d’envoi souffre du même flou. Ainsi, c’est au courant de l’automne de l’année 1971 que cet ingénieur informatique à Bolt, Beranek and Newman (aujourd’hui BBN Technologies, une succursale de Raytheon) s’est envoyé à lui-même le premier e-mail de l’histoire du web. Comment en est-il arrivé là ?

En 1967, Ray Tomlinson, récemment diplômé du MIT, rejoint Bolt, Beranek and Newman, une entreprise spécialisée dans la recherche et le développement, avec une majorité de clients issus du secteur militaire. Deux ans plus tard, en 1969, l’agence gouvernementale américaine ARPA (Advanced Research Projects Agency, renommée DARPA en 1972) engage l’entreprise où Tomlinson travaille pour construire et développer un réseau informatique expérimental reliant différentes machines réparties à travers le territoire américain : l’ARPAnet.

Comment est né le « @ »

Ray Tomlinson met alors au point deux programmes différents. Le premier est un double programme composé de SNDMSG (pour « Send Message ») et de READMAIL, permettant à plusieurs personnes partageant la même machine de s’y laisser des messages et de les consulter plus tard. Le deuxième programme mis au point se nomme CPYNET et sert à copier simultanément un fichier sur tous les ordinateurs du réseau ARPAnet. À l’époque, le réseau compte quinze ordinateurs, répartis entre l’université UCLA, l’Université d’Utah à Salt Lake City et BBN à Cambridge, Massachusetts, où Tomlinson travaille.

Ce dernier a alors une idée : pourquoi ne pas relier ces deux programmes ensemble ? Cependant, l’écriture de 200 lignes de code supplémentaires et la création de deux adresses électroniques sur deux terminaux différents côte-à-côte n’était pas suffisant. Encore fallait-il trouver un moyen pour que le programme sache différencier un message local d’un message réseau. C’est en cherchant à résoudre ce problème que lui est venue l’idée de dissocier nom d’utilisateur et nom de système d’exploitation en utilisant un caractère absent de tout nom propre et qui, de surcroît, signifiait « chez » ou « à » en anglais : le symbole « @ ».

tomlinson@bbn-tenexa devint ainsi la première adresse électronique depuis laquelle un Netmail (avant « e-mail », on appelait cela un Network mail) a été envoyé. Ray Tomlinson n’a pas tout de suite partagé son application avec ses collègues, comme l’explique un de ses confrères dans un article de Forbes en 1998, à qui il aurait dit : « Ne dis rien à personne ! Ce n’est pas ce sur quoi nous sommes censés travailler. »

« Ne dis rien à personne ! Ce n'est pas ce sur quoi nous sommes censés travailler. »

0 share

Une fois satisfait du bon fonctionnement de son programme, Tomlinson a envoyé un message commun à tous ses collègues du réseau ARPA, en veillant à leur expliquer la nécessité de placer un « @ » entre le nom d’utilisateur et le nom d’hôte. Fort de son succès, le logiciel est très vite qualifié de « killer app » (« application qui tue »). En 1973, une étude menée par l’ARPA révèle que 75% du trafic sur le réseau est généré par les e-mails.

En 2020, environ 258 milliards d’e-mails seront envoyés… par jour

De nos jours, après 45 ans d’existence, l’e-mail reste favorisé par rapport à d’autres moyens de communication. Démocratisé seulement à partir des années 1980/90, l’e-mail n’a depuis jamais cessé de prendre de plus en plus d’importance, comme le démontrent les chiffres de l’institut de recherche sur l’e-mail Radicati. Selon eux, en 2020, la moitié de la population mondiale aura une adresse e-mail et 258 milliards d’e-mails seront envoyés chaque jour.

Face à de tels chiffres et l’usage que nous avons de l’e-mail, nous pouvons nous demander quelle est la place de Raymond Tomlinson dans l’histoire, décédé en mars 2016 et inscrit au Internet Hall of Fame depuis le 23 avril 2012. Peut-être aux côtés de Samuel Morse, Alexander Graham Bell et Guglielmo Marconi ?

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email