Qui a envoyé le premier spam (et pourquoi) ?

Histoire du web 25 août 2016
Qu'il vienne remplir les courriers indésirables des boîtes e-mail ou qu'il soit posté sur des forums ou dans les commentaires de sites web, le spam est connu de tous les utilisateurs qui n'ont de cesse de le fuir. RSLN vous propose de vous (re)plonger dans la petite histoire du spam, de sa création à son appellation.

Le 3 mai 1978, Gary Thuerk, commercial travaillant au service marketing du fabricant américain d’ordinateurs Digital Equipment Corporation, a envoyé un e-mail à 393 personnes. Il s’agissait du premier spam transmis via courrier électronique.

Mais avant de détailler son histoire, une définition s’impose.

Pourquoi « spam » ?

Initialement, SPAM est l’acronyme de Spiced Pork And Meat, un pâté épicé à base de porc et de viandes mis en boîte. Il a été distribué en masse aux soldats américains pendant la seconde guerre mondiale et était réputé pour son goût peu ragoûtant.

Des années plus tard, en 1970, dans un de leurs sketchs, les Monty Python ont associé cette fameuse boîte de conserve SPAM à une chanson interminable et rébarbative à souhait où le mot « spam » était répété des dizaines de fois. Il n’en fallait pas plus pour que ce dernier ne devienne synonyme de quelque chose d’abusif et d’indésirable.

Concernant le numérique, le spam se rapporte donc à tout courrier électronique ou message non-sollicité envoyé en grand nombre à des boîtes aux lettres électroniques, sur des forums ou des sites, dans un but publicitaire ou non.

Le premier spam était involontaire

Mais revenons à Gary Thuerk, premier spammeur de l’histoire. Dans un effort pour convier 393 utilisateurs du réseau ARPAnet (l’ancêtre d’Internet) de la côte ouest des États-Unis à la présentation d’un nouveau ordinateur créé par son entreprise, le DECSYSTEM-2020, Gary Thuerk a en effet initié la pratique du spamming.

À l’époque, le nombre de destinataires maximum par message unique était de 320. Thuerk n’a alors pas hésité à rajouter directement dans le corps du texte même les 73 adresses restantes qu’il voulait atteindre (à noter que toutes les adresses ont été rentrées à la main, l’expéditeur ignorant l’existence de la fonction mailing list). Gary Thuerk n’avait nullement l’envie de nuire. Il croyait sincèrement que ce mail pourrait intéresser les utilisateurs du réseau ARPAnet.

Premier spam

Brad Templeton, qui se revendique être un des pionniers du web avec sa société ClariNet fondée en 1989, a retranscrit sur son blog une version du spam original envoyé en 1978.

En plus du message, le blog de Brad Templeton recense l’intégralité des adresses mail ayant reçu le message, ainsi qu’un petit florilège de réponses. Car après l’envoi du spam, les réactions vives de désapprobation ne se sont pas faites attendre. Le Major Raymond Czahor, directeur de la branche management d’ARPAnet à la DCA (Defense Communications Agency, l’organisme alors en charge du réseau) s’est par exemple plaint en affirmant qu’il s’agissait là d’une violation flagrante des règles d’utilisation du réseau.

Le spam aujourd’hui

Longtemps, le spam a représenté une grande partie des e-mails envoyés. En 2010, une étude de Symantec établissait que plus de 90% des e-mails échangés dans le monde entier étaient des spams. L’année dernière, le même organisme a publié une nouvelle étude stipulant que le pourcentage des spams dans le nombre de mails envoyés était descendu à 49,7 %.

Un pourcentage qui a peut-être diminué, mais que rien n’empêche d’augmenter de nouveau. D’autant plus lorsque l’on sait que, chaque jour, 215 milliards d’e-mails sont envoyés dans le monde… et ce sans compter le spam.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email