Et si le point faible des start-up, c’était leur pitch que personne ne comprend ? share
back to to

Et si le point faible des start-up, c'était leur pitch que personne ne comprend ?

Quartz 6 juin 2016
On dit souvent qu'un bon pitch fait la moitié du travail pour convaincre de l'utilité d'une start-up. Et pourtant... À force de trop vouloir bien faire, toutes finissent par utiliser un vocabulaire jargonneux bien ardu à comprendre selon Quartz.
Le langage jargonneux des start-up causera-t-il leur perte ?

Solution de planning pour les entreprises, plateforme de synergie de savoir-faire … Si vous n’avez rien compris à ces descriptions de start-up, nulle panique : cet agglomérat d’expressions typiques – bref, de jargon – est aussi incompréhensible pour le journaliste de Quartz Josh Horvitz, qui les a saisies au vol lors des pitchs de la récente RISE Conference d’Hong Kong.

Selon lui, même les start-up présentant des produits très simples sont incapables d’échapper à cette tendance. Une simple messagerie utilisant de la vidéo se transforme en « un réseau de réactions vidéos ».

Accros au jargon, ces start-up finissent-elles par ne même plus pouvoir décrire ce qu’elles font ? Interrogés à ce propos, certains créateurs s’en défendent :

« C’est du jargon, mais c’est la seule manière dont nous arrivons au départ à expliquer ce que nous faisons.« 

Pour Casey Lau, qui organise des événements auxquels prennent part des start-up à Hong Kong, la raison est peut-être plus… mercantile : l’objectif serait de paraître beaucoup plus intéressantes que ce qu’elles ne sont véritablement.

Plus d’informations (et de jargon) avec l’article de Quartz.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email