Robots, intelligence artificielle, impressions 3D… : 2015, année d’innovations share
back to to

Robots, intelligence artificielle, impressions 3D… : 2015, année d’innovations

30 décembre 2015

Intelligence artificielle capable de rivaliser avec l’homme (voire de le dépasser), robots de plus en plus humanisés, prothèses en impression 3D…  2015 s’est révélée riche en avancées technologiques, techniques et scientifiques. Tour d’horizon.

 

L’intelligence artificielle en actes

Jeu d’échecs, reconnaissance de signes manuscrits ou des images, automatisation des commentaires sportifs… Les domaines dans lesquels l’intelligence artificielle rivalise voire devance l’homme sont désormais nombreux.

En 2015, une intelligence artificielle, « Giraffe », a ainsi réussi à rejoindre en 72 heures les 2,2% de machines les plus performantes au monde aux échecs. Une performance possible grâce au machine learning, les ingénieurs réalisant des programmes de plus en plus proches du raisonnement humain, comme l’explique Matthew Lai, le concepteur de Giraffe :

« A la différence des joueurs d’échecs virtuels qui existent aujourd’hui, Giraffe tient sa force de jeu non pas de sa capacité à anticiper longtemps à l’avance, mais à celle d’être capable de discerner les positionnements les plus pertinents avec exactitude et à comprendre des situations complexes qui peuvent sembler intuitives aux yeux des humains, mais qui ont longtemps été hors d’atteinte pour les machines. »

Autant d’évolutions qui font dire à certains que 2016 sera l’année de l’intelligence artificielle. Après Microsoft et Facebook, dont les laboratoires de recherche sont installés en France, Toyota a d’ailleurs annoncé la création de son propre centre de recherche dédié. Coût du projet ? Un milliard de dollars.

» A lire aussi : Pourquoi la diversité est un enjeu majeur pour l’intelligence artificielle

Des algorithmes de plus en plus puissants

Déjà utilisés cette année pour anticiper les retards de train sur le réseau ferroviaire suédois, les algorithmes commencent à s’illustrer dans la gestion des fonds placés en banque. Tel est déjà le cas pour 100 milliards de dollars d’investissements, actuellement gérés aux Etats-Unis par des conseillers bancaires automatisés. Deloitte envisage ainsi le fait qu’ils pourraient gérer des milliards de dollars d’investissements d’ici une dizaine d’années.

Plus surprenant : les algorithmes sont désormais capables d’identifier les comportements humains avec plus de précision que les humains eux-mêmes, comme on a pu le voir avec des patients schizophrènes ou dépressifs.

Dans un autre domaine, un algorithme mis au point par un chercheur américain n’ambitionne rien de moins que… de rédiger le discours politique parfait.

Des avancées qui ne vont pas sans poser des questionnements éthiques, comme c’est notamment le cas pour la voiture autonome. Ou plus politiques : Dominique Cardon, sociologue, appelle par exemple à « ouvrir la boîte noire des algorithmes ».

Pandora (détail), Harry Bates, 1891, Tate Britain

» A lire aussi : Des chercheurs s’attaquent aux mythes de l’intelligence artificielle 

Robots : une automatisation du travail accélérée

La fin du travail humain serait-elle programmée pour dans 500 ans ? C’est en tout cas ce qu’entrevoit Steve Juvendtson, venture capitalist :

« À terme, d’ici 500 ans, tout le monde travaillera du côté de l’information ou du divertissement. […] Il n’y aura plus d’agriculteurs, d’ouvriers […] sinon pour s’amuser : on aura un jardin potager parce qu’on aime ça. D’ici 500 ans, je ne sais même pas si 10% de la planète aura un travail rémunéré pour faire quelque chose»

Si cette vision semble pessimiste, elle aura été cette année corroborée par plusieurs faits marquants : la mise en place de serveurs automates dans certains restaurants de San Francisco, l’ouverture du premier hôtel géré par des robots au Japon, ou encore la volonté du gouvernement chinois de remplacer des millions de travailleurs, notamment manufacturiers, par des robots.

Et certains chercheurs travaillent déjà sur des robots astronautes, chirurgiens ou… pizzaiolos. D’autres, quant à eux, craignent déjà l’arrivée de robots-tueurs.

» A lire aussi : 2030 : les exosquelettes déferleront-ils sur les chantiers ?

Le bond en avant de l’impression 3D

Envisagée il y a déjà quelques temps comme une alternative pour imprimer de la peau humaine synthétique,l’impression 3D a trouvé en 2015 plusieurs applications particulièrement pertinentes dans le secteur médical.

Amenée à venir au secours des chirurgiens, cette technique a permis l’élaboration de prothèses performantes et moins onéreuses que les prothèses classiques, dont une prothèse de main aux doigts amovibles par la start-up Bionics qui a remporté un Dyson Award. En France, une prothèse de main imprimée en 3D aura également bénéficié au jeune Maxence, 6 ans, grâce à l’association américaine e-NABLE.

Wi-Fi Aware, Li-Fi : de nouveaux réseaux

D’un point de vue technique, l’année 2015 aura également laissé envisager le développement de nouvelles alternatives au Wi-Fi : parmi elles, Wi-Fi Aware, véritable Internet des objets connectés qui contourne Internet et le GPS pour faire communiquer les objets entre eux, ou encore le Li-Fi, un réseau 100 fois plus rapide que le Wi-Fi évoqué pour la première fois en 2013 et testé fin novembre en Estonie. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email