Pour un Internet du son

27 juillet 2015

Le son est l’un des tout premiers moyens de communication, mais il reste paradoxalement l’un des plus négligés du numérique. Patrick Bergel, fondateur de la startup Chirp, qui promet de transformer des morceaux audio en code informatique, croit pourtant pleinement à l’Internet du Son. Explications avec Tech Crunch.

Il résonne aujourd’hui comme une douce mélodie surgie du passé et pourtant : le son du modem 56k a longtemps rythmé, pour une génération d’internautes, chacune des connexions au réseau des réseaux. Tout comme les oiseaux qui communiquent en chantant, les machines se servent depuis toujours des vertus communicatives du son. Patrick Berger établit même une typologie de ses différents usages :

D’abord, une utilisation « descriptive » avec des logiciels qui identifient les sons, comme Shazam ; ensuite, une utilisation « additive », qui ajoute une marque sonore aux contenus audio pour en reconnaître les propriétaires et enfin, une utilisation « codée » qui offre la possibilité de faire du son un morceau de programme informatique (ce que fait Chirp, justement).

Concrètement, il est ainsi possible de payer en bitcoins grâce à une simple chanson. Des innovations pourtant trop rares encore, selon l’avis du spécialiste, qui voit dans l’existence d’autant d’émetteurs et récepteurs sonores que d’êtres humains la possibilité de connecter des milliards de machines et d’individus.

Plus d’informations avec Tech Crunch.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email