Comment construire une île virtuelle en trois leçons

22 décembre 2011

Deux cents cinquante étudiants d’écoles de commerce, d’ingénieurs et d’universités, un logiciel de gestion et une île virtuelle à créer et gérer : voilà le programme du concours « Build your Island » organisé par la Team Square et Microsoft France – l’éditeur de RSLN.

Le but ? Créer, virtuellement, une « île artificielle » au large de la Polynésie, constituée d’une partie principale et d’un maximum de trois branches, agrémentées d’hôtels et de marinas, pour miser à la fois sur la quantité et la qualité des services offerts aux touristes.

Ceux qui, à l’issue des travaux, obtenaient le meilleur « ROI » – retour sur investissement – gagnaient le droit de présenter leur projet devant un jury d’entrepreneurs, avec un voyage, bien réel celui-là, à la clé.

Jeudi 15 décembre sur le Campus de Microsoft France, il n’y avait plus que six équipes en lice pour présenter leurs projets, lors de la finale de ce « business game ».

> Leçon n°1 : savoir gérer un budget et des contraintes inattendues

Les participants disposaient d’une confortable réserve de près de vingt milliards d’euros afin de concevoir leurs projets. Pour piloter au mieux ce budget, les étudiants étaient invités à utiliser le logiciel de gestion de projet « Microsoft Project 2010 ». Commandes auprès des fournisseurs, travaux, publicité : l’ensemble des décisions y étaient enregistrées et planifiées.

Tous les participants ont essayé d’adopter la meilleure stratégie pour doper leur rentabilité. Cependant, une série d’événements imprévus sont venus leur compliquer la tâche chaque début de semaine : une livraison de sable retardée, un caprice du client, de nouvelles exigences… autant de désagréments dans « l’esprit de ceux que l’on retrouve dans la vie professionnelle » explique l’un des participants.

> Leçon n°2 : mettre à profit les réseaux sociaux

Les étudiants les plus (ré)actifs, notamment sur le Web, sont ceux qui s’en sont le mieux sortis. La page Facebook du concours est par exemple devenue un lieu d’échanges et d’informations pour les participants « qui sont devenus les principaux acteurs de la page » selon Nathalie Hesters, chef de produit Microsoft Project.

Plus qu’une foire aux questions en ligne, les équipes s’en sont servies pour interpeller les organisations ou pour s’entraider. Et oubliant parfois au passage l’esprit de compétition :

« On était en contact avec d’autres équipes, pour s’aider à comprendre les règles au mieux, pour répondre aux questions techniques, sans révéler toute notre stratégie. C’était l’occasion de rencontrer des gens de tous horizons, dans une bonne ambiance » explique un étudiant de l’Essca.

> Leçon n°3 : séduire le jury, même à distance !

Lors de l’ultime étape, celle de la présentation orale, les finalistes devaient quitter leurs écrans pour « vendre » au mieux leur projet, devant un jury soucieux de noter non seulement la rentabilité du projet mais aussi la qualité de la présentation et le professionnalisme des participants, plus ou moins à l’aise dans l’exercice.

Pour la petite histoire d’ailleurs, une équipe n’a pas pu être présente physiquement devant le jury, retenue par une journée d’examens. Ce qui ne les a pas empêchés de repartir avec le premier prix après une présentation en ligne, et de transformer leur île virtuelle en vacances au soleil…

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email