Les entrepreneurs ont besoin des investisseurs en capital-risque (et vice versa) share
back to to

Les entrepreneurs ont besoin des investisseurs en capital-risque (et vice versa)

11 septembre 2015

Entrepreneurs et investisseurs entretiennent des relations bien souvent complexes. Un ancien entrepreneur devenu investisseur dans une société de capital-risque livre à Quartz sa vision des choses. Quitte à briser certains mythes.

« Si je prends l’argent des investisseur, je vais perdre le contrôle de mon entreprise. » Après un ou deux tours de levée de fonds, il n’est pas rare que le créateur d’une start-up se retrouve détenteur de moins de 50% de sa propre entreprise. Mais ce n’est pas pour autant qu’il perdra le contrôle de son affaire naissante :

Comme le rappelle Quartz, en accordant une certaine somme de liquidité, les investisseurs font un pari sur l’avenir. Tout est alors question de confiance : l’entrepreneur reçoit de l’argent, mais il accepte en retour que les investisseurs se mêlent des décisions clefs de l’organisation – licenciement du fondateur compris.

Un monde cruel ? Pas si sûr. Car les venture capitalists, s’ils prennent le contrôlent partiel de l’entreprise, permettent aux entrepreneurs de concrétiser leurs idées sans prendre le risque d’investir leurs propres fonds – et parfois ceux de leur famille – ou encore de s’endetter…

Plus d’informations avec Quartz.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email