Les grandes écoles font leur transition numérique

18 décembre 2014

Alors que la maîtrise du numérique devient un critère central dans la question des classements, les Grandes Ecoles se voient forcées de s’adapter à l’ère numérique pour maintenir leur attractivité et recruter leurs étudiants. Plusieurs de leurs représentants, essentiellement de « business schools », étaient rassemblés ce mercredi 17 décembre, à l’occasion d’une table-ronde organisée par la French Touch de l’éducation, pour définir et expliquer les enjeux de cette transition.

Destinée à connecter les professionnels de l’éducation aux entrepreneurs qui changent l’école, la French Touch de l’Education avait lieu ces 17 et 18 décembre à l’école 42, en partenariat avec RSLN.

Le numérique : un critère d’attractivité pour les étudiants 

Vecteur de changements profonds en termes de rapport à la connaissance, ou de rôle du professeur, le numérique s’impose dans les Grandes Ecoles et constitue une source d’investissements croissante. 

Qu’il s’agisse de la mise en place de « learning labs » – ou salles équipées d’ordinateurs, d’écrans et d’outils numériques pour donner une dimension supplémentaire aux cours et permettre notamment la mise en place de « serious games »-, ou de « campus digitaux », à l’image de celui de l’ESCP Europe, le numérique s’invite sous toutes ses formes dans les écoles de commerce pour continuer à séduire leurs potentielles recrues.

Les outils mis à disposition ont vocation à attirer les meilleurs talents et à les identifier au-delà des circuits organisés. Les principales cibles, outre les étudiants issus de parcours « classiques » ? Les étudiants étrangers, qui, pour effectuer leur choix, se réfèrent généralement aux classements comprenant de plus l’instauration d’outils numériques, ou des cadres désireux de suivre une formation continue, pour qui l’inscription et le suivi des cours se doivent d’être rapides et faciles d’accès.

Plus d’autonomie pour les élèves dans la définition de leur parcours

Mettre à disposition un très large éventail de choix de cours et permettre aux étudiants de dessiner leur propre chemin d’apprentissage : un objectif auquel répond le concept de « design learning », adopté par un nombre croissant d’écoles. 

L’Essec compte ainsi proposer sous peu à ses élèves la mise à disposition de cartes cognitives, destinées à identifier leurs atouts et faiblesses à partir de leurs résultats, afin de les orienter dans leur choix de cours. Avec pour objectif de les amener, en fin de parcours, à être à même de concevoir un cours, pour parachever la cohérence de leur apprentissage au sein de l’école.

Sous un format similaire, l’école de management de Grenoble propose un passeport de compétences mis à disposition en ligne.

Acquérir des compétences numériques, facteur de compétitivité sur le marché du travail

Désireuses de s’adapter aux attentes du marché de l’emploi, nombreuses sont les écoles à mettre en place des cours ou voies de spécialisation vouées à la formation de futurs managers à même de gérer des problématiques digitales.

Une volonté qui passe par la création de chaires spécialisées, à l’image de la chaire « Digital Analytics » créée il y a six mois à l’ESSEC, ou l’élaboration de cours dédiés à la sensibilisation aux cultures numériques et à l’acquisition de compétences transversales.

L’ESCP Europe proposera ainsi dès la rentrée prochaine des cours de code, à titre d’enseignement complémentaire, aux étudiants de son Master en management.

Dernière preuve d’adaptation au numérique pour les Grandes Ecoles : leur utilisation croissante et étudiée des réseaux sociaux pour promouvoir leur marque. D’un community manager pour 5 comptes, l’ESCP est récemment passée au recrutement d’une quinzaine de personnes, essentiellement de marketeurs, pour une cinquantaine de comptes

Et Jean-Michel Blanquer de conclure :

« Le directeur d’une école doit être le premier community manager de son établissement. Cela me semble indispensable pour fluidifier la communication interne et donner envie aux élèves de s’engager. »

Pour retrouver le programme de la French Touch de l’éducation, c’est par ici

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email