Imagine Cup 2013, c'est parti !

13 novembre 2012

Les Championnats du monde de l’innovation numérique reviennent ! Après Sydney l’année dernière, Imagine Cup 2013 nous emmène en Russie, en installant sa finale à Saint Pétersbourg. On est allés à la soirée de lancement, pour découvrir que cette édition 2013 sera encore plus immanquable que celle de 2012. Et voici pourquoi.

« Valoriser le travail fait au sein de l’Enseignement français et faire briller l’innovation à la française » : c’est la raison pour laquelle, cette année encore, les jeunes innovateurs du numérique devraient participer en masse à Imagine Cup, selon les mots du Responsable des relations avec l’Enseignement Supérieur de Microsoft France.

Sur les quelque 1,3 millions de personnes à travers le monde qui ont participé à ces championnats depuis la première édition, les 50 000 jeunes Français ont été parmi les plus médaillés. L’année dernière, Capstreet avait notamment tiré son épingle du jeu avec son application pour rendre la ville accessible à tous. Gageons donc que 2013 rapportera encore sa moisson de médailles !

> Aider les jeunes à créer leur start-up

Cette année, la compétition a été transformée en profondeur : pour tirer parti des promesses de Windows 8, qui offre la possibilité de développer des applications sur des supports multiples, les mises ont tout d’abord été doublées pour les gagnants, à 300 000 dollars. Les trois premières équipes dans chaque catégorie recevront respectivement 50 000 dollars, 10 000 dollars et enfin 5 000 dollars. Mais surtout, on passe à la vitesse supérieure en termes d’ambition pour les projets : 

« Cette fois, on veut vous pousser à faire des projets qui peuvent devenir des entreprises », explique Jean Ferré, Directeur des plateformes et des écosystèmes de Microsoft.

Pour cela, les meilleures équipes seront incubées pendant trois jours par les organisateurs pour que leurs projets arrivent à une certaine maturation, et seront coachées pour la finale, avec le soutien notamment des incubateurs Silicon Sentier et Founder Institute. Les finalistes pourront également se porter candidats au programme « Microsoft Imagine Cup Grants », une bourse créée l’an dernier : d’un montant de 3 millions de dollars étalés sur 3 ans, elle est destinée à aider les jeunes à lancer leurs projets sur le marché. 

L’idée est partie du constat que beaucoup d’équipes des éditions précédentes intégraient des étudiants sans compétence en développement ou en design, mais apportant au projet la capacité de mettre en place un business plan crédible pour les investisseurs qui suivent de près la compétition : c’était notamment le cas de SmartAgro l’année dernière. 

« À partir du 3 septembre, nous allons faire un tour de France des business school, explique David Cohen, responsable du concours. Elles ne connaissent pas forcément Imagine Cup et nous voulons inciter leurs étudiants à venir aux Master class afin de rencontrer des étudiants en informatique et pour qu’ensemble, ces jeunes créent de la valeur ».

La compétition est donc ouverte à tous les profils : informaticiens, ingénieurs, designers, etc… mais plus seulement. Comme les années précédentes, les professeurs d’écoles et d’universités peuvent également participer à l’aventure en parrainant une équipe – il est courant en effet de voir des équipes constituées dans le cadre de projets scolaires, à l’initiative des enseignants.

> De nouvelles catégories

Les catégories du championnat ont été complètement revues. Elles ne sont plus seulement basées, comme l’année dernière, sur les objectifs du Millénaire, mais veulent élargir encore le spectre des projets recevables, et démultiplier les possibilités tout en clarifiant un peu les choses. On compte donc, désormais, quatre catégories : 

– Innovation : un projet numérique est désormais recevable à Imagine Cup, à condition qu’il soit innovant, quelque soit son domaine.

– Jeux vidéo : non plus disséminés dans les différentes catégories, les jeux vidéo trouveront leur terrain d’expression dans cette nouvelle catégorie où les Français sont très attendus : c’est pour leurs jeux vidéo que nos jeunes compatriotes sont en effet les plus médaillés.

– Citoyens du monde : cette catégorie reste destinée à des projets à vocation sociétale ou environnementale, basés sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement. 

– Start-ups : Imagine Cup en France, c’est aussi de belles aventures entrepreneuriales et un vrai vivier de jeunes talents qui, chaque année, sont de plus en plus nombreux à transformer leurs projets en entreprises. Pour soutenir ces jeunes entrepreneurs, il existe un concours spécifique à la France, destiné à tout étudiant porteur de projet.

L’une de ces catégories vous intéresse ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 janvier 2013 sur le nouveau portail d’Imagine Cup. Comme chaque année, vous pourrez suivre avec nous les équipes et projets hexagonaux, jusqu’en avril pour la finale française, et au-delà jusqu’à Saint-Petersbourg.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email