Le numérique à l'école entre en campagne

2 février 2012

« Un grand plan pour l’e-éducation », c’est ce qu’a proposé, lors de son passage à l’émission politique de l’Internaute, Vincent Peillon, chargé des questions d’éducation et de jeunesse au sein de l’équipe de François Hollande. « Réussir l’école numérique », c’est en effet le but que disent poursuivre à la fois le PS et l’UMP en matière d’éducation. L’expression a même été utilisée par le parlementaire UMP Jean-Michel Fourgous, pour baptiser son rapport sur la question, rendu au début de l’année 2010.

> Moyens matériels et formation des enseignants : stop ou encore ?

Si Vincent Peillon reconnaît que des « efforts ont été faits pour acquérir du matériel » dans les écoles (ordinateurs, mais aussi tableaux blanc interactifs), il attaque notamment la majorité sortante sur le manque d’investissements concrets en matière de formation des enseignants :

« On est très en retard sur l’usage (les matériels sont très peu utilisés) et, pire, sur le rôle pédagogique de cet usage », déclare le député européen. « Il faudra un grand plan e-éducation (…) essentiellement pour donner des contenus pédagogiques et apprendre aux enseignants, parce que cela s’apprend. »

Il propose de reconstruire la formation des enseignants, préalable « indispensable » au développement d’un enseignement numérique, à la fois comme matière en soi et comme outil au service de l’ensemble des connaissances.

De son côté, Michèle Tabarot, députée UMP et présidente de la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée, a riposté presque immédiatement aux propos de Vincent Peillon. Selon elle, tant en termes d’équipement que de formation, le ministère de l’Education nationale aurait joué son rôle afin de développer « l’accès à des ressources numériques de qualité. »

Le débat reste donc ouvert entre les forces politiques, et devrait rapidement être alimenté par les conclusions d’une nouvelle mission parlementaire, toujours menée par Jean-Michel Fourgous, dédiée justement à « la modernisation de la pédagogie par l’utilisation du numérique. »

> La France, en avance ou à la traîne ?

La bataille sur l’état du numérique à l’école est avant tout une bataille sur les chiffres, éparpillés entre différentes enquêtes sur le sujet. Il n’est ainsi pas inutile de réunir ici quelques réalités afin de remettre ce thème en perspective, à l’échelle mondiale, européenne et nationale.

# Dans le monde

C’est l’enquête PISA – programme international pour le suivi des acquis des élèves, menée tous les deux ans, qui fait ici référence. Dans sa dernière version, l’OCDE a voulu juger « la culture numérique des élèves » entre seize pays développés. La France y termine à la onzième place, loin de la surdouée Corée du Sud.

# En Europe

Le réseau européen Eurydice, émanation de la Commission européenne,  a publié en juin 2011 les chiffres-clés sur l’apprentissage et l’innovation en matière de TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement). Dans les tableaux de comparaison, la France fait jeu égal ou légèrement mieux que ses voisins grâce à la présence d’enseignements numériques à la fois en primaire et dans le secondaire, mais reste en retrait dans le domaine de l’apprentissage en ligne (« e-learning ») car il n’existe pas de formation ni de projets en cours sur la question.

# Au niveau national

En France, il n’y a pas à proprement parler d’organisme ou d’administration ad hoc pour appliquer et suivre la politique du numérique à l’école. Le Haut conseil de l’éducation a d’une façon joué ce rôle, en proposant en mai 2010 un plan TICE au ministre de l’éducation nationale.

Le gouvernement a de son côté affiché comme priorité le développement des écoles rurales. Il a déployé un plan d’équipement en matériel informatique dans 6 700 communes de moins de 2 000 habitants, avec comme promesse supplémentaire la formation des enseignants à ces outils.

Enfin, une étude menée en juin-juillet 2011 par l’institut TNS-Sofres pour le compte de Savoir Livre montre que l’usage du manuel numérique à l’école augmente : 16% des enseignants l’ont utilisé au cours de l’année. Les freins à son développement restent toutefois nombreux : 38% citent des problèmes techniques, et près d’un enseignant sur quatre déplore un « manque de formation à l’usage des ressources numériques ».

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email