Luc Chatel présente un plan doté de 60 millions d’euros pour le numérique à l’école share
back to to

Luc Chatel présente un plan doté de 60 millions d’euros pour le numérique à l’école

26 novembre 2010

(Visuel : à l’école Chateaudun, à Amiens, par Emmanuel Fradin, pour RSLN)

Un portail de ressources pédagogiques en ligne, des « chèques-ressources » pour financer l’accès aux manuels des éditeurs privés et un « responsable numérique » dans chaque établissement : voilà les mesures  annoncées jeudi par Luc Chatel, ministre de l’Education Nationale, dans le cadre d’un  « plan de développement des usages du numérique à l’école » (pdf).

Il s’articule autour de cinq axes principaux dont l’objectif est de faire « passer le cap du numérique » aux écoles, d’ici trois ans. Le programme est doté d’un budget de 60 millions d’euros et s’accompagne d’un appel à projets destiné à développer le numérique en partenariat avec les collectivités locales, qui sera lancé dès le début 2011.

>  Les cinq objectifs principaux

  • « Faciliter l’accès à des ressources numériques de qualité »

Un portail de ressources numériques pédagogiques verra le jour dès la rentrée 2012. Il doit favoriser la « connaissance de l’offre éditoriale » pour les enseignants et les aider à « alimenter et concevoir leurs cours », à travers la mise à disposition de documents publics (type CNED), mais également de ressources des éditeurs privés.

Pour financer ces ressources privées, des « chèques-ressources » seront distribués aux établissements scolaires, suivant leur taille et leur niveau. Les écoles primaires pourront compter sur une enveloppe de 500€, contre 2500€ pour les lycées. Montant de cette opération : 8 millions d’euros la première année, 15 millions la seconde, et 23 millions la troisième.

  • « Former et accompagner les enseignants et les établissements scolaires dans ces nouveaux défis »

Dans chaque établissement du second degré, un enseignant sera désigné « référant pour les usages pédagogiques du numérique ». Ce responsable numérique devra « détecter » les besoins de formations de ses collègues, et y répondre lui-même ou en redirigeant les enseignants vers les formations proposées par leur académie.

Le ministère souhaite également développer la formation en ligne, notamment à travers la généralisation de l’usage de la plateforme de formation collaborative déjà existante, Pairform@nce. Dès 2012 enfin, l’obtention du certificat informatique et internet deviendra nécessaire se présenter aux sessions de recrutement des enseignants.

  •  « Généraliser les services numériques et les espaces numériques de travail »

Le ministère s’engage dans une généralisation du cahier de textes numérique, pour une substitution totale des cahiers de textes papiers d’ici la rentrée 2011. Il servira à mentionner les contenus et les travaux à réalise pour chaque cours.

Le plan prévoit de continuer le développement des  environnements numériques de travail (ENT) sur l’ensemble du territoire national, et de créer un dispositif d’évaluation des usages de ces ENT. Ils permettent de mettre à disposition des services numériques adaptés selon les profils d’usagers.

  •  « Réaffirmer le partenariat avec les collectivités locales »

L’équipement en matériel informatique relève des collectivités territoriales : le plan dévoilé par Luc Châtel s’inscrit donc dans un partenariat entre l’Etat et ses collectivités locales. Les académies pourront répondre à un appel à projets qui sera lancé début 2011. Les « propositions globales de développement du numérique » développées en partenariat avec les collectivités locales qui seront retenues dans le cadre de cet appel à projets recevront un soutien financier supplémentaire.

  •  «  Former les élèves à l’usage des technologies de l’information et de la communication »

Le point le plus important de la formation aux élèves est leur sensibilisation à l’usage responsable de l’Internet. Cet apprentissage sera renforcé dans la validation du Brevet informatique et Internet, qui évalue les compétences numériques acquises par les enfants. Un portail de ressources pédagogiques sera dédié à ce thème.

> Rattraper le retard

Le Plan de développement numérique fait écho au rapport « Réussir l’école numérique » (pdf) remis au ministre en février dernier par Jean-Michel Fourgous, député UMP. Cette enquête montre un net retard français au niveau des usages numériques, que Luc Chatel compte rattraper. « L’avenir de l’école ne s’écrira pas à la craie sur un tableau noir », a-t-il affirmé. « Le numérique n’est pas une option, c’est une nécessité ».

8ème nation européenne en matière d’équipements informatiques
des établissements scolaires, la France chute au 24ème rang en ce qui concerne les usages numériques. A titre d’exemple : 97% des collèges et lycées possèdent une salle informatique, mais leur taux d’utilisation tourne autour de 10%, note le rapport.

Un retard constaté sur de nombreux points :
seuls les ¾ des établissements français sont connectés en haut débit, contre 94% au Royaume-Uni, et 98% pour le Danemark, seulement 27.000 tableaux numériques informatiques contre 450.000 au Royaume-Uni, 40% d’ENT contre 88% chez nos voisins anglais.

Interrogé lors de la sortie de son rapport, Jean-Michel Fourgous évoquait un budget de plus d’un milliard d’euros pour équiper tous les établissements scolaires, former et même redéfinir le métier d’enseignant, en lien avec ce nouvel environnement numérique. Le plan de Luc Châtel a largement revu ce chiffre à la baisse, avec son budget de 60 millions d’euros.

Le Haut Conseil de l’Education
avait publié en mai dernier un plan numérique qui insistait de son côté sur le développement du numérique dans le secteur primaire. Son enveloppe était de 300 millions d’euros.

> Un manque de moyens ?

Interrogés par l’AFP, les syndicats se sont montrés sceptiques à l’annonce de ce plan. Ils regrettent le manque de moyens alloués au projet, qui risque selon eux de s’arrêter au stade des « bonnes intentions », selon les mots du Sgen-CFDT.
 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email