Rentrée 2011 : ce qui change pour les nouvelles technos à l’école share
back to to

Rentrée 2011 : ce qui change pour les nouvelles technos à l’école

1 septembre 2011

Nous vous proposons, tout au long du mois de septembre, une série intitulée : « Enseigner autrement », présentant des expériences éducatives innovantes, faisant notamment une large place au numérique. Pour débuter cette série, nous listons les quelques nouveautés technologiques « institutionnelles » de la rentrée …

Et si l’on débutait par un saut dans le passé ? La scène se passe le samedi 1er octobre 1955, sur les bancs du lycée Ampère, dans le premier arrondissement de Lyon, à quelques centaines de mètres de la place des Terreaux.

On y voit de (jeunes) élèves prendre possession des lieux qui, une année durant, vont les accueillir. Un tableau que l’on imagine noir, des élèves installés à des tables de deux, un « maître » déambulant dans les rangées, seul autorisé à se lever. Et puis une craie, la date du jour lentement et patiemment tracée?

Même sans le son, on sent l’ambiance appliquée, magistrale – ça se passe à partir de 3’00 sur la vidéo qui a capturé la scène, diffusée par l’INA :

 

Vous avez bien cela en tête ? Maintenant, regardez cette photo. Prise le 28 juin 2007, elle illustre l’article « salle de classe » de l’encyclopédie collaborative wikipédia :  

Quelles différences voyez-vous ? La salle semble un peu moins soignée, le tableau noir est devenu vert, les craies sont de couleurs différentes. Mais à ces quelques détails prêts … : rien n’a changé, ou presque.

Car l’enseignement version 1955 ou version 2011 n’a pas fondamentalement évolué : le cadre des écoles, leurs architectures, jusqu’à la place de la relation maître-élève : les points communs restent très nombreux.

Des ordinateurs ? Des équipements numériques ? Ces outils pédagogiques restent largement absents des salles de classe. Dans cette matière, baptisée : « TICE », pour Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement – la France collectionne ainsi les mauvaises notes : elle se situe au 24e rang au niveau européen, sur 25 pays européens, en ce qui concerne « l’accès à l’outil numérique et sa maîtrise dans un contexte pédagogique », selon les résultats de l’étude de benchmarking « Access and use of ICT in European schools », réalisée par la Commission européenne.

Pourtant, le désir de changement est là : 88 % des Français estiment que les nouvelles technologies sont plutôt utiles (66 %) voire très utiles (22 %) dans l’éducation, d’après un sondage Ifop pour L’Atelier, réalisé en 2010. Et les plus convaincus sont même les plus âgés : les plus de 65 ans sont encore plus nombreux (26 %) que les moins de 35 ans (19 %) à considérer qu’elles sont d’une très grande aide. Mieux : des enseignants innovants semblent véritablement en train d’inventer le futur de l’école.

Les initiatives officielles, pourtant, semblent pour l’instant bien timides. On se souvient bien du rapport « Réussir l’école numérique » rédigé par le député UMP et ancien ingénieur pédagogique du CNRS Jean-Michel Fourgous, en février 2010, de l’analyse diffusée par le Haut Conseil de l’Education, en mai 2010, et du « plan de développement des usages du numérique à l’école », doté de 60 millions d’euros, présenté par le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, en novembre 2010. Enfin, on en a également vu la trace dans la première version du programme diffusé par l’UMP sur les sujets numériques, en vue de la campagne présidentielle 2012.

Nous avons passé en revue quelques-unes des nouveautés « officielles » de la rentrée 2011 en matière numérique, et mentionnées dans la circulaire de préparation de la rentrée 2011 adressée par le ministre de l’Education nationale à tous les cadres et enseignants, début mai.

On peut citer :

Le « cahier de texte numérique » devient obligatoire : attention, il ne s’agit pas de l’agenda individuel des élèves, mais bien du cahier de texte de la classe, tenu par l’enseignant, qui y consigne les progressions et évolutions de son cours, ainsi que la charge de travail distribuée aux élèves. Une circulaire précise d’ailleurs son usage.

Un nouveau « brevet informatique et internet » est en préparation : c’est le plan de développement des usages des TICE à l’école de Luc Chatel qui précise un peu le cadre de cette évolution. Voilà ce que l’on pouvait y lire – avec, notamment, la question d’en faire une discipline obligatoire du bac (lire page 18) : « Le brevet informatique et internet doit être revitalisé et réaffirmé, pour assurer sa mission de formation des citoyens numériques de demain. Il s’agit en particulier de faire évoluer, au cours de l’année 2010‐2011, les référentiels de compétences afin de mieux prendre en compte les pratiques numériques des élèves, et mieux accompagner leur formation civique. »

13 académies « pilotes » : Aix-Marseille, Besançon, Bordeaux, Créteil, Grenoble, La Réunion, Lyon, Nancy-Metz, Nantes, Reims, Rouen, Toulouse, Versailles. Dans ces treize académies, le déploiement du numérique pourrait aller – un peu – plus vite qu’ailleurs. Toutes ont en effet été retenues dans le cadre d’un appel à projet lancé par le ministère de l’Education nationale et du plan Chatel, qui doit leur accorder une certaine responsabilisation dans le cadre de la formulation d’un véritable projet numérique global pour leurs écoles et leurs établissements.

A la clef : un appui du ministère pour favoriser la mise en œuvre de leur stratégie numérique, qui prendra les formes suivantes :

– une dotation des écoles et des établissements de l’académie d’un « chèque/ressources » permettant l’acquisition de ressources pédagogiques numériques,
– des crédits supplémentaires pour la formation des enseignants au numérique.

La réponse présentée par l’académie d’Aix-Marseille est accessible en ligne : quatre pages PDF plutôt prometteuses.

Voilà un petit tour d’horizon : en dehors de ces quelques avancées, la rentrée 2011 ressemblera curieusement à celle de 2010. Voire … à celle de 1955.

> Pour aller plus loin :

Nous vous proposons de retrouver le numéro consacré par RSLN à la thématique de l’éducation à l’heure numérique. Il date du premier semestre 2008, mais reste largement d’actualité :

> Voici une (petite) sélection de nos articles « TICE » :

> Et ailleurs sur le net :

Nous vous recommandons également les articles du Café Pédagogique, le dossier « Penser l’école à l’ère du numérique » du site Skhole.fr, le site Ludovia, sur le site EducPros.fr, le blog "le temps des TICE", de Christine Vauffrey, rédactrice en chef de Thot cursus, un site dédié à la formation à distance et à l’utilisation des outils numériques en éducation et formation.

> Visuels utilisés dans ce billet : 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email