Sensibiliser les filles aux cultures du numérique : le pari de Digigirlz share
back to to

Sensibiliser les filles aux cultures du numérique : le pari de Digigirlz

25 avril 2014

Elles ne seront peut-être pas codeuses demain, mais elles ne seront pas écartées de l’aventure du numérique pour autant : 80 collégiennes de Massy et Cergy étaient invitées le 11 avril dernier dans les locaux de Microsoft pour une journée de sensibilisation aux cultures du numérique, domaine dont on aurait encore trop tendance à les exclure… Et pour changer la donne, le programme de la journée – organisée par Girls in Tech et Zup de Co – était riche : rencontres avec des professionnelles du numériques, ateliers et discussions.

Amusées par les bracelets lumineux distribués à l’accueil, les 80 collégiennes applaudissent en riant à l’ouverture de la séance plénière qui inaugure une journée un peu particulière… Loin des salles de classe des collèges de ZEP où elles sont scolarisées, les adolescentes vont tour à tour pouvoir poser des questions à des entrepreneures, codeuses ou ingénieures mais aussi visiter le campus de Microsoft, ou encore en apprendre davantage sur les moteurs de recherche et peut-être même s’initier au code.

Un changement d’air bienvenu, nous explique Mme Bignou, professeure de mathématiques au collège Moulins à Vent de Cergy :

« C’est une occasion de découvrir, d’apprendre, donc la visite est forcément positive même si toutes ne sont pas nécessairement intéressées par les métiers du numérique pour leur avenir. Cette journée va en tout cas faire tomber une certaine vision machiste de ces métiers. Et découvrir que ce ne sont pas que des métiers d’hommes est nécessaire »

 « On va pas se mentir, notre vie sans Internet, c’est plus notre vie »

Organisé par Zup de Co et Girls in Tech avec le soutien du programme Youthspark de Microsoft, la journée Digigirlz est une évidence, comme le rappelle Laurence Lafont-Galligo à la jeune assistance :

« Les solutions du numérique changent notre façon de communiquer : entre collègues ou entre amis, elles sont présentes partout et transforment le monde que nous connaissons.»

Et ce ne sont pas les nombreuses mains levées à la question « qui utilise Facebook, Twitter ou Snapchat ? » qui viendront contredire l’affirmation de l’instigatrice du projet. Ni les dires des principales intéressées : « On va pas se mentir, notre vie sans Internet, c’est plus notre vie » avoue en riant Ikrame, du collège Blaise Pascal à Massy.

​Mais les filles et le numérique, alors ?

Si la plupart des jeunes filles sont conscientes que le numérique change bien des choses à leur quotidien, d’autres sont encore surprises d’apprendre qu’il existe des ingénieures féminines et même…drôles. Le cliché du geek enfermé dans un labo obscur a la peau dure, et c’est bien ce qu’espère changer l’atelier de discussions avec des « femmes de numérique » organisé l’après-midi par Digigirlz. Résultat ?

« J’ai particulièrement aimé rencontrer la webdesigneuse [Jacinthe Busson, ndlr] parce que je me rends compte qu’avec le numérique, on peut créer nous aussi sur Internet » nous raconte Jeanne du collège Moulin à Vent, qui se destine à devenir styliste.

Et son amie Léa d’ajouter :

« En plus, les gens ont pas mal d’a priori sur les filles qui travaillent dans le numérique mais là on se rend compte que les clichés pour te rabaisser style « tu peux pas faire ça parce que t’es une fille ou parce ceci ou cela », eh bien c’est pas vrai ».

Mais qu’ont à dire les jeunes filles à propos de l’absence de leurs camarades masculins ? « Chacun son tour ! » s’amusent Ayva et Sara. Mais qu’on se rassure, elles auront bien des choses à leur raconter…​

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email