Télétravail, le travail en mobilité, par Pierre Morel-À-l’Huissier share
back to to

Télétravail, le travail en mobilité, par Pierre Morel-À-l'Huissier

5 octobre 2009

Ce texte est une tribune de Pierre Morel-À-l’Huissier, député (UMP) de la Lozère.

Apparu tardivement en France, le télétravail reste aujourd’hui mal aimé et mal compris. Dans l’esprit de nos concitoyens, il s’apparente exclusivement à du travail à domicile, un mode de travail pourtant extrêmement minoritaire puisqu’il concerne moins de 1 % des salariés. En réalité, le télétravail correspond surtout aujourd’hui à l’exercice de son activité professionnelle en mobilité. Le télétravailleur circule et, grâce aux nouvelles technologies, travaille en avion, dans le TGV, à son bureau ou encore à son domicile : en somme, c’est le travailleur de demain.

La France souffre encore d’un certain décalage. On compte 13 % de télétravailleurs en Europe et 25 % aux États-Unis contre seulement 7 % en France. Alors, pourquoi cette réticence ? En premier lieu, l’équipement tardif en matériel informatique des Français a ralenti le développement et l’apprentissage des technologies de l’information et de la communication. Notre retard tient également à un frein culturel : chefs d’entreprise et syndicats sont majoritairement peu préparés aux nouvelles formes d’organisation et de management qu’implique le télétravail et lui attribuent le risque d’une dilution des responsabilités et de moindres garanties sur les emplois. Nous sommes enfin parmi les derniers États membres de l’Union européenne à avoir retranscrit dans le droit français l’accord-cadre européen du 16 juillet 2002 sur le télétravail.

Pourtant, avec l’essor des technologies numériques, le télétravail correspond à une évolution inéluctable et nous nous dirigeons vers une mobilité de travail accrue. Malgré les craintes que nourrissent encore à son égard les entreprises et les salariés, le télétravail, c’est indéniable, présente d’immenses avantages : en contribuant à renforcer l’équilibre vie personnelle-vie professionnelle, en réduisant les temps de trajet domicile- travail, en diminuant le stress, en améliorant les performances. En outre, intégré au code du travail, il offre au salarié un socle de garanties : forme de travail basée sur le volontariat, il repose sur un principe de réversibilité et doit être mis en place dans un système gagnant-gagnant pour l’employeur et l’employé. Une personne en situation de télétravail bénéficie du même droit que les salariés en entreprise… parce que justement, c’est un salarié normal !

Pour favoriser son déploiement, rassurer les entreprises et garantir de bonnes conditions de travail aux salariés, je suis convaincu qu’il ne faut pas laisser isolés les travailleurs en mobilité mais qu’il faut créer des télécentres pour les accueillir. Véritables plates-formes dédiées à la technologie et gérées par des animateurs, elles offrent au télétravailleur un bureau où il peut se « poser » à distance. De plus, l’ouverture de tels espaces se ferait prioritairement dans les régions, ce qui, combiné à un dispositif de défiscalisation et d’exonération de charges sociales ad hoc, encouragerait les entreprises à créer des postes de télétravail dans les communes rurales. Tout ceci nous place aujourd’hui face à une opportunité unique de décloisonnement des territoires ruraux et surtout de création de nouveaux emplois : près de 400 000 à court terme !

Il faut toutefois encore régler plusieurs questions essentielles : quelle responsabilité en cas d’accident du travail ? Comment configurer le lieu de travail ? Comment la médecine du travail peut-elle intervenir ? Nous avons donc, plus que jamais, besoin de débattre sur ce sujet : la discussion parlementaire permettra d’éclaircir notre conception actuelle du télétravail et de nous demander quelles garanties supplémentaires apporter au télétravailleur. Mais il ne faut pas perdre de temps. Au moment où se pose de manière criante la problématique de l’emploi, en plein Grenelle de l’environnement, le télétravail nous propose une forme d’organisation de l’entreprise qui est pionnière. Il est temps que nous réalisions que le télétravail peut être un vivier inespéré pour la création d’emplois.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email