Trois questions à… Marc Mossé

7 septembre 2008

Marc Mossé est le directeur des affaires publiques de Microsoft France.

À quand remonte la prise de conscience par Microsoft qu´Internet n´est pas sans risque pour les enfants ?

Depuis plusieurs années, nous sommes mobilisés sur ce sujet. Car les usages évoluent vite et, avec eux, les risques. Pour preuve, dès 2003, nous avons été le premier acteur du Net à prendre la difficile décision, saluée par les associations de protection de l´enfance, de fermer les salles de chat. Ces espaces de discussion en ligne ouverts à tous présentaient en effet des risques pour les enfants, du simple fait qu´on ne pouvait contrôler qu´a posteriori ce qui s´y disait et que les mauvaises rencontres y étaient non pas fréquentes mais en tout cas possibles. Notre entreprise a donc fait le choix de proposer aux parents un Internet où les enfants ne communiquent qu´entre amis clairement identifiés, sur la messagerie instantanée (Messenger) ou sur leurs blogs (Windows Live Spaces), tous deux configurés par défaut pour n´être accessibles qu´au réseau d´amis de l´enfant et non au monde entier.

Quelques années plus tard, l´évolution des usages nous a amenés à pousser plus loin cette démarche. Nos équipes, épaulées par les associations de protection de l´enfance, se sont rendu compte que les enfants n´étaient finalement pas très regardants sur leurs listes d´amis et que cela pouvait à nouveau ouvrir la porte à de mauvaises rencontres. Nous avons donc lancé en mai 2008 le logiciel de contrôle parental gratuit de Windows Live, qui permet au parent d´être alerté par e–mail dès qu´un nouvel utilisateur contacte son enfant et d´autoriser ou non les échanges avec lui. Nous avons également été la première entreprise à doter une console de jeu vidéo d´un logiciel de contrôle grâce auquel les parents peuvent s´assurer que leurs enfants utilisent des produits adaptés à leur âge ou, dans le cas de jeux en réseau, qu´ils ne communiquent pas avec des inconnus.

Que peut faire la technologie pour protéger nos enfants ?

La technologie peut faire beaucoup : filtrer les contenus choquants et préjudiciables aux plus jeunes de nos concitoyens, éviter qu´ils ne jouent à des jeux qui ne sont pas de leur âge, leur définir des plages horaires pour surfer sur le web, etc.
Cela étant, aucune technologie ne remplacera jamais la vigilance, celle des parents comme celle des enfants.

Il faut donner aux enfants les « bons réflexes » de comportement sur Internet, à l´image de ceux qu´on leur inculque dans la vie réelle. C´est la raison pour laquelle, au–delà des outils que notre entreprise met gratuitement à la disposition du public, Microsoft travaille très étroitement avec les pouvoirs publics et les associations de protection de l´enfance, pour former parents et enfants au décryptage d´Internet et aux gestes élémentaires de sécurité.

Nous avons ainsi organisé, avec nos partenaires associatifs, des conférences et des ateliers pédagogiques dans plusieurs grandes villes françaises, diffusé plusieurs millions de guides, développé des sites web didactiques très complets comme décodeleweb.com ou protegetonordi.com.

Quels conseils donneriez–vous aux parents ?

Je leur dirais qu´on n´a pas besoin d´être un féru de technologie pour accompagner et aider ses enfants sur Internet, le bon sens et l´expérience sont les meilleures armes : installer l´ordinateur, équipé d´un logiciel de contrôle parental, dans un lieu de vie et non dans la chambre de l´enfant, instaurer un dialogue régulier avec lui sur ses pratiques en ligne, lui faire comprendre que les conseils de prudence qu´il respecte dans le monde extérieur sont aussi valables sur la Toile, qu´on n´y divulgue pas d´informations personnelles et que l´on ne peut pas y dire n´importe quoi sur n´importe qui.

 

> Pour aller plus loin : tous les articles du dossier "Enfants du net : comment les protéger ?"

Enfants du net : comment les protéger ?

Portraits de familles

Au Canada, front commun pour les usages du net

Éric Besson : « Il est impératif de sensibiliser les parents, en particulier dans les populations les plus fragiles »

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email