L'Open data fait danser le Sénat

3 juillet 2013

Les sénateurs ne savent plus sur quel pied danser, s’agissant d’Open data. Alors que la loi sur la transparence entend les obliger à déclarer leur patrimoine et liens d’intérêt à une Haute autorité, le même texte interdit à quiconque de divulguer ces déclarations… sous peine d’être passible d’un an de prison et 45 000 euros d’amende, révèle PCimpact. 

« Il serait étonnant qu’un organe chargé de la transparence soit contraint à ne rien communiquer », a fait remarquer Hélène Lipietz, qui fait partie des sénateurs ayant déposé des amendements contre cette disposition contradictoire.

Au même moment, Regards citoyens – qui anime notamment la plateforme NosSenateurs.fr – saluait un nouveau pas en avant du Sénat, qui propose désormais ses amendements au téléchargement dans un format de données, le CSV.

Un pas en arrière, deux pas en avant… au total, cela ne nous fait-il pas une avancée lente mais sûre, vers un Etat plus ouvert grâce à l’Open data ? Il n’y a plus qu’à espérer que l’acculturation de nos parlementaires continue et que le Sénat gardera ce cap.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email