La BPI propose des prêts attractifs pour robotiser les industries share
back to to

La BPI propose des prêts attractifs pour robotiser les industries

2 octobre 2014

Par rapport à ses voisins européens, la France accuse un retard flagrant en matière de robotisation de ses entreprises. Afin d’y remédier, le gouvernement compte inciter les industries françaises à recruter des robots, avec l’appui de prêts dédiés octroyés par la Banque publique d’investissement (BPI). Une initiative envisagée non sans appréhension par les salariés. Explications dans Numerama

Ce sont ainsi 300 millions d’euros de prêts bonifiés qui seront consacrés à la robotisation des entreprises, les incitant à l’intégration d’équipements de production automatisés au sein de leurs processus initiaux. L’enjeu : donner un coup de pouce à la croissance en améliorant la compétitivité coût et hors coût, à savoir la qualité.

Une volonté de l’exécutif de moderniser les entreprises françaises qui s’est concrétisée par la parution au Journal officiel d’une convention, le 30 septembre dernier. Cette dernière énonce comme indispensable l’augmentation du parc de robots au sein de l’industrie. Elle pointe du doigt le retard de la France en la matière, alors que le cabinet de conseil Roland Berger soulignait très récemment l’immaturité numérique des entreprises françaises.

Malgré l’intérêt qu’un tel « recrutement » de robots peut représenter en termes de croissance et d’efficacité, les entreprises se heurte à de multiples appréhensions, notamment en termes de destruction d’emploi. Selon une étude menée pour la Commission européenne en 2012, les Français seraient parmi les plus pessimistes quant à l’impact de la robotique sur les pertes d’emplois et seraient très peu à faire confiance aux automates. Car finalement, d’où viendra notre argent quand les robots occuperont nos emplois ?

Plus d’informations avec l’article de Numerama.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email