La carte du monde des vidéos les plus regardées en ligne share
back to to

La carte du monde des vidéos les plus regardées en ligne

30 octobre 2013

Les services de vidéo en ligne totalisent chaque mois des milliards de vues. Et parfois, des millions de personnes regardent la même video. Certaines d’entre elles ont un succès régional ou national, alors que d’autres dépassent les barrières de langue et des différences culturelles pour gagner une popularité mondiale.

Le centre de recherche en médias du MIT s’est intéressé à la question, en développant un outil sous forme de carte interactive qui explore les corrélations entre les vidéos les plus regardées dans les différents pays du monde. 

Ethan Zuckerman, auteur du fascinant Rewire et directeur du laboratoire MIT Civic Center for Media a récemment consacré un billet de son blog au développement du projet “What We Watch” (ce que nous regardons). 

Élaboré en six mois à partir des données fournies par YouTube sur les “trending” vidéos par pays (une classification en temps réel des vidéos qui sont les plus vues), l’équipe de recherche a développé cette carte interactive.

En cliquant sur un pays, on obtient la liste de vidéos populaires localement. En même temps, s’affichent les pays qui ont les habitudes de visionnage les plus similaires. En cliquant sur une vidéo, on aperçoit tous les différents pays dans lesquels elle a obtenu du succès.

Les résultats sont souvent surprenants. On apprend que les États-Unis comptent plus de vidéos en commun avec les Pays-Bas et l’Allemagne que ses voisins du Canada et du Mexique. L’une des vidéos les plus regardées aux États-Unis est ce clip Pendjabi, qui est aussi dans le top 5 des vidéos en Inde et en Allemagne…

On apprend aussi que la France et la Nouvelle-Zélande partagent les mêmes habitudes de visionnage…

Alors que Why We Watch est effectivement un moyen ludique de naviguer dans la pléthore de contenus disponibles sur les plateformes de vidéo en ligne, Zuckerman explique que le projet implique également des questions de recherche très sérieuses. 

Dans son livre Rewire, il explique qu’un réseau qui connecte les ordinateurs du monde entier ne signifie pas pour autant que le contenu qui y est partagé – des vidéos par exemple – va également traverser des barrières de langue, de culture et de nation.  D’un côté, la popularité d’une vidéo comme le clip “Roar” de Katy perry est la preuve que certaines vidéos trouvent une audience vraiment mondiale. Alors que d’autres, telle que la vidéo la plus populaire du Brésil – une publicité humoristique qui ne nécessite aucune traduction – n’a pas rencontré le même succès ailleurs dans le monde. 

Les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux pays “phares” : ceux qui ne sont pas forcément à l’origine du contenu, mais à qui le partage à un public localisé dans plusieurs autres pays. Les deux pays les plus influents dans ce sens s’avèrent être Singapour et les Émirats Arabes Unis (EAU). Ils se positionnent comme des ponts de contenu – ainsi, une vidéo très populaire en Inde pourrait trouver son chemin vers le Yemen en passant par Singapour. Il est intéressant de noter que 90% de la population active des EAU et 40 % de la population de Singapour est constituée d’expatriés ou de travailleurs migrants. Il n’est donc pas étonnant d’imaginer qu’un Indien vivant à Singapour regarderait des vidéos de son pays natal.

Mais Zuckerman explique que la prochaine étape dans cette recherche serait de pouvoir tracer plus justement les passages des vidéos à travers les différents pays, pour mieux comprendre le cheminement d’une vidéo dans le monde. 

Les chercheurs du projet ont ouvert le code et les données qui ont servi à l’élaboration de la carte sur GitHub et invitent les internautes à les explorer et à faire leurs propres créations. Vous pouvez lire le blog de Ethan Zuckerman pour en découvrir davantage sur ce projet fascinant. 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email