La cyberphobie, une peur qui ne date pas d’hier share
back to to

La cyberphobie, une peur qui ne date pas d'hier

30 mars 2015

Alors que l’intelligence artificielle est encore accusée de menacer l’espèce humaine, The Atlantic revient sur les prémices de la « cyberphobie ». Une peur des machines qui n’aurait rien de si nouveau…

Si vous ressentez en vrac : « une peur de toucher physiquement l’ordinateur ou de le détruire (…), de l’anxiété ou de l’agressivité à l’idée de lire ou de parler des ordinateurs (…), le sentiment que vous pourriez être remplacé par les machines ou en devenir les esclaves », vous êtes sans doute victime de la « computerphobia » décrite en 1996 par Anna et John Grundy dans Women and Computers.

La pathologie date pourtant des années 1970, explique The Atlantic à l’aide d’un graphique recensant les occurrences du terme « computerphobia » dans des millions de livres.

Diverses façons de vaincre la phobie sont documentées dès 1983 à l’attention des professionnels angoissés par l’arrivée de la machine : « donnez une chance à l’ordinateur de faire ses preuves avant de vous décider à ne plus l’utiliser ! », proposait déjà Charles Rubin dans Personal Computing.

Si la peur des ordinateurs amuse a posteriori, elle s’apparente pourtant à au luddisme du XIXème siècle, des mouvements d’opposition idéologiques aux machines aux manifestations comparables. Au point que certains qualifient la cyberphobie de « néo-luddisme« , nouveau mot pour une peur ancestrale des nouvelles technologies.

Pour en savoir plus, l’article de The Atlantic.

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email